Aide:Accueil

De Wiki de l'histoire HRP des RR.
Cornazzano, né Ezio à Modena dans le duché Ducato Di Modena en l'an 1459 du mois de mai est un homme politique, homme d'état aux multi-casquettes. Maire de Castres durant deux mandats du 7 décembre 1459 au 4 fevrier 1460, très vite après maire de Montpellier du 5 avril 1460 au 3 juin 1460. Il occupe aussi plusieurs autres poste dont le rôle de Connétable du comté de Tolosa du 31 décembre 1459 au 27 décembre 1460.



Les débuts

  Cornazzano est donc né à Modena, digne d'une famille noble et puissante il est de suite encouragé à suivre le chemin déjà tout tracé. Mais il étais hors de question. Il prend des cours de bonne manière, apprend le français auprès des quelques voyageurs qui passe par son village. Après quelques temps, il quitte son duché, sa famille bien que déçu le laisse partir. Ces parents et sont frère restent s'occuper des terres Italienne.

Son lancement

   Alors qu'il arrive à peine en France, Cornazzano apprend arrivé à Castres, qu'une partie de sa famille alors au pouvoir dans son duché d'Italie, ont été victime d'un putsch, et que lors de cette assaut, son père ainsi que son frère y ont laissé leurs vie, ça mère de desespoir ce laisse mourrir à petit feu. Cornazzano décide donc de ce stabilisé à Castres, ou il fit la rencontre de personne très importante pour lui. Le maire précédant les règnes de Cornazzano était peu présent, bien que son travail fit profitable, en parti , à la ville il décide de laisser la place. Cornazzano décide de ce présenter au élection, et passe haut la main. 
Il prend alors le poste de Maire, les impôts sont elevé, le marché peu garnis, la taverne tombe en ruine. Il récupère une ville qui plonge dans le chaos. Il la remonte, remontant les caisses de la mairie pour commencer, remets la taverne municipal en place et lui fait retrouver la splendeur d'avant, les impôts baisse, le marché redevienne potable, la sécurité de la ville devient ça priorité. 
En même temps que son mandat de maire, Cornazzano s'implique dans la vie politique du comté de Tolosa il devient Connétable. Son mandat bousculé par ça vie sentimentale, par ces deux postes à responsabilité, les sois-disant conflits d'interêts font que le travail de Cornazzano n'est pas retenu comme tels, et que lorsque sa candidature est faite pour la liste PLUS ou il fais parti, celle-ci n'est pas retenu et Cornazzano ne ce voit pas attribuer un nouveau poste. 
Après avoir remis de l'ordre dans les caisses de la mairie, après avoir fais correctement son rôle de Connétable, Cornazzano quitte le village de Castres en direction d'une des villes du Sud, Montpellier.


Montpellier

Cornazzano arrive à Montpellier seulement quelques jours après avoir quitté Castres. Il c'est donné un objectif ! Devenir maire de Montpellier. Ville qui affectionne particulierment. Très vite, des sa première candidature, Cornazzano passe directement maire. Il receuille 52,6% des voix. Sur trois candidats, pour ces première election, ce n'est pas trop mal.
Un premiers mandats avec beaucoup de changement. Comme l'indique son programme municipal, Cornazzano refait entierment la ville de Montpellier, et ça commence avec le commerce. Grand amateur de vin, Cornazzano lance la ville de Montpellier dans un commerce de luxe de grande envergure. Important du vin d'Italie, De grèce, D'espagne, d'Angleterre. Ainsi que toute les denrées possible et inimaginable. Cornazzano fais de Montpellier une plaque tournante du commerce de luxe, il récupère la ville de Montpellier avec moins de deux mil écus. Cette somme sera multiplié par dix au cours de ces deux mandats. Mais bon, durant son premiers mandat, Cornazzano aboli les impôts municipaux, change les decrêts. Un qui autorisé les maires à levé des impôts de 9 par échoppe et 6 par champ est baissé à 4 par échoppe et 3 par champs afin de proteger le peuple de Montpellier, mais aussi, le salaire des miliciens passe de 15 à 18 écus, quatre homme ou femme peuvent en bénéficier, alors qu'avant deux seulement. Certaines denrées baisse enormement de prix, le bois passe de 4,45 écus la stères à moins de 4,05. Le fer de 22 à 17 écus. Le prix des miches - de pain - en taverne chute aussi. Les bières ne sont plus un moyen de faire des bénéfices pour la mairie. Et pour tenir au courant ces administrès, Cornazzano envoie regulierment des missives pour les tenir au courant de l'état de la mairie, qui ne fais que s'améliorer depuis le début de son mandat... Puis arrive le temps des elections. J-14, Cornazzano est le seul candidat. J-7, pareil. Cornazzano repasse maire avec 100% des suffrages exprimé étant le seul candidat. 
Le deuxième mandat ce déroule aussi bien que le premier... A l'exption des derniers jours. En effet, les elections font rage à Montpellier, les coups bas sont de rigueur, aucun des clans ne ce fait de cadeau. La guerre civil fais rage - peut-etre pas non plus - Mel971 candidate direct de Cornazzano est suspecté par le comté de vouloir fuir avec les caisses. Après de nombreuses heures de discutions avec le comte de l'époque. Cornazzano décide de sécurisé l'intégralité des caisses dans son appartement privé. Le comte à donné ça parole qu'aucune action millitaire ne serait faite. Cependant, le 3 juin, alors que les elections doivent etre cloturé. Le baron Bentich prend le pouvoir à Montpellier grace à son armée. La mairie étant vidé, Cornazzano reçoit une injonction du comté, et est trainé en justice.
Trahison : Le maire est suspecté d'avoir détourné les fonds de la mairie. Pour subventionné la liste Mouvement Réformiste Languedocien ou il était co-créateur. Le revenu est relaxé. - Il n'y a pas de fumé sans feu -
Haute-Trahison : Cornazzano est suspecté d'avoir dérobé la somme de 24565,51 écus. La somme étant jugé sur le derniers bilan de Cornazzano qui date du 26 mai 1460

8957,51 écus.

50 sacs de maïs à 3,3 écus pour 165 écus. 19 poissons à 17,5 écus pour 332,5 écus. 8 morceaux de viande à 17,5 écus pour 140 écus. 1 caillou à 40 écus pour 40 écus. 1 couteau à 17 écus pour 17 écus. 50 boisseaux de sel à 24 écus pour 1200 écus. 39 Boules de neige à 2 écus pour 78 écus.

Total : 10930,01 écus.

6 vin de Toscane à 106,00 écus pour 636 écus. 11 vin de Bourgogne à 150,00 écus pour 1650 écus. 31 fruits à 9,8 écus pour 303,8 écus. 169 stères de bois à 4,45 écus 752,05 écus. 7 sacs de blé à 12,10 écus pour 84,7 écus. 33 kilos de minerai de fer à 20,50 écus 676,5 écus. 5 kilos de minerai de fer à 21,05 écus 105,25 écus. 78 tonnelets de vin Retsina à 115,00 écus 8970 écus. Total : 13178,3 écus.

Bénéfice pour la journée en cours : 111,50 écus. 38 miches de pain à 5,8 écus pour 220,4 écus. 34 sacs de maïs à 3 écus pour 102 écus. 2 légumes à 9 écus pour 18 écus. 53 chopes de bière à 0,1 écus pour 5,3 écus Total : 457,2 écus.

Total : 24565,51 écus

 Cornazzano est reconnu coupable ! Et la peine de mort est annoncé.
Escroquerie : Cornazzano n'a pas rendu un mandat au comté dans les temps, et sans les écus demandé. Préjudice : 1013 écus, le juge dira : " Le prévenu a été condamné à 4 jours de prison ferme "
 Cornazzano fui le comté du Languedoc par un navire, il ce fait détourné par Edward-Teach. Celui-ci essaye de le brigander sur les chemins, ne voulant attribué son butin, Cornazzano jette l'intégralité de ces denrées dans le fleuve.