Alessandor

De Wiki de l'histoire HRP des RR.
Avatar

Alessandor de Louvelle, seigneur de Montaillé, apparu dans le Maine en octobre 1454 et disparu en avril 1455.


Sommaire

L'héritier Louvelle

Alexandre de nom, né de l'union légitime de feu Andom Ier de Louvelle et de feue ShaniZe Knotwise de Louvelle, Vicomtesse de Magnac-Laval, fief sis en Limousin-Marche. Elevé et éduqué en Provence selon les enseignements de la famille, il prend la route pour s'installer en Maine, aux côtés de Pierre-André, le fameux Zemeuhman. Il était le cadet de la seconde génération Louvelle, devenu aîné à la mort d'Andom second, le frondeur.

La vie en Maine, octobre-décembre 1455

C'est vers la fin d'octobre 1454, qu'un jeune garçon répondant au nom d'Alessandor avec un vague accent provençal, s'installa en le Comté du Maine, ville de Montmirail. Loquace, curieux et sociable, il s'intégra de bonne manière parmi la population. Baptisé par le père Savoie, alors diacre de la ville Mainoise -aujourd'hui Cardinal-, sa prise en charge par des religieux suscitera chez Alessandor un certain intérêt. Le maire de l'époque, Crazyseb de Landivy -novembre & décembre 1454 [2006]- le prit lui aussi sous son aile, et en fit un marchand ambulant. Dans le même temps, il s'engagea dans l'armée du Comté, mais devint aussi ambassadeur -en Wiltshire-.

Il fut recruté par une liste se présentant aux élections comtales de novembre 1454 en Maine, la liste PAM (Parti Actif du Maine, mené par Durandal). Totalement ignorant du monde politique, et jugeant que l'expérience qu'il pourrait acquérir ne serait pas inutile, Alessandor accepta, et figura donc en douzième place de la liste. L'homme ayant invité le jeune Mainois, s'appelait alors Zamday de Cassel, prévôt des maréchaux du Maine.

Durant deux mois, le dénommé Alessandor écuma les chemins, que ce soit lors de patrouilles militaires, ou pour des voyages commerciaux. Crazyseb, ayant fait d'Alessandor son responsable élevage au sein du conseil municipal de Montmirail, lui enseigna l'art de gérer une ville, tant sur le point de vue économique que social et culturel. Ne briguant un troisième mandat, il proposa à Alessandor de lui succéder. Difficile choix, 'Aless' -appelé ainsi par ses proches- ne savait trop quelle décision prendre. Réticent au début, car ne possédant que peu d'expérience, il accepta cependant.

Alors qu'il se présentait pour les élections municipales, 'Aless' fit la rencontre d'une personne curieuse et très populaire en la ville de Mayenne : Zemeuhman. Peut être le début de la fin selon certains, bien qu'en vérité, la chute d'Alessandor commença un certain 10 février 1455 [2007]. Soldat promu sergent suite à ses exploits, à sa forte présence et activité en caserne, son ascension était fulgurante.

Le maire de Montmirail, janvier-février 1455

Le premier janvier 1455, Alessandor fut élu maire de Montmirail, avec 66.3% des voix. Surprise qui n'en était pas une, au vu des premiers sondages, et du soutien apporté par Crazyseb, maire charismatique, et qui restera probablement le meilleur qu'eut la municipalité -selon certains-. Son prédecesseur qui était aussi son mentor, l'accompagna dans ses premiers pas. La réussite d'Alessandor en tant que maire, fut essentiellement due à Crazyseb, à ses conseils et enseignements.

Dans le même temps, se préparait les élections comtales de janvier 1455 [2007]. Suite à son élection à la mairie, 'Aless' fut placé à la douzième place de la liste RFM (Rassemblement des Fiers Mainois), menée par son ami Zemeuhman. RFM remporta les élections face à quatre autres listes, occupant ainsi trois sièges. L'ancien brigand fut reconnu Comte par la majorité des conseillers, une ère nouvelle approchait en Maine.

Le trente et un janvier 1455 [2007], Alessandor fut reconduit dans ses fonctions de maire, pour un deuxième mandat, en réunissant 68.8% des voix de ses concitoyens. Il oeuvra donc durant deux mois à la tête de la municipalité de Montmirail, avec un bilan positif : sept mille écus de bénéfice brut (onze mille écus officieusement), un marché sain, des stocks conséquents et vendables. Mais ces deux mois furent un enfer pour le Mainois, car voyageur dans l'âme, et forcé de rester à Montmirail de par ses responsabilités.

Dans le même temps, la guerre opposant le Duché d'Anjou au Royaume de France éclata : le Duc félôn Tof de Gatine n'avait pas renouvellé son allégeance au Roy. L'Anjou, alliée avec la Bretagne -province indépendante-, zone limitrophe avec le Maine, faisait de cette dernière contrée un champ de bataille et un territoire à l'avenir incertain. Tout aurait pu se jouer dans le Maine. Promu 'conseiller en charge de la sécurité extérieur' par le Comte Zemeuhman, dont la véritable parenté éclata publiquement -Pierre-André de Louvelle-, 'Aless' accéda ainsi à l'état-major de l'armée du Maine. Le constat qu'il en tira fut amer : leur force armée était divisée, arrogante, peu puissante et rassemblant peu d'hommes.

Il fut le porte-parole personnel du Comte de Louvelle, et provoqua en duel le capitaine d'Anjou, le félôn Finam de Montmorency. Duel qui se déroulerait en territoire Angevin en le mois de mars 1455 [2007].

La parenté Louvelle

Le dix février 1455, fut une révélation. Jour saint pour les Andomistes, le Comte Zemeuhman de Louvelle apprit à Alessandor, lors de sa prière à Saint Andom en la cathédrale du Mans, sa véritable généalogie, et qui furent ses géniteurs. Il était né de l'union d'Andom Ier de Louvelle et de Shanize Knotwise, Vicomtesse de Magnac-Laval. Par conséquent cousin du Comte, frère de Thétys et demi-frère d'Antoyne Knotwise d'Azayes et de Louvelle, baron de Jarnac.

Nouvelle bouleversante qui aurait pu être emplie de joie, si ce n'est que le caractère de la scène prit toute son ampleur lorsque lui fut fait l'annonce de la mort de sa mère, au cours de la 'révélation'. Alexandre de Louvelle, dit Alessandor.

Alors commença l'entreprise d'hisser à sa plus grande gloire l'honneur de la Maison Louvelle en Maine, avec l'aide de son cousin, amis et alliés. Las de la mairie malgré le bilan positif, Alessandor eut d'autres ambitions, suivant les conseils de son cousin.

"Seul un Louvelle peut succéder à un Louvelle".

Le trône Comtal, le but ultime, ils entreprirent donc avec l'aide du parti RFM, vainqueur des précédentes élections, que de remettre la couronne de Comte à Alessandor.

La chute, mars 1455

Débutèrent ainsi les élections comtales de mars 1455 [2007]. Remportées haut la main, RFM avait réussi à gagner cinq sièges au conseil comtal, face à deux listes adverses : PUMA, menée par Caitline et Hammett, et M'TAV, la liste Bretonne menée par Micki de Portzmeguer et l'Angevine Fifounijoli.

La reconnaissance du Comte dura quatre jours. A l'issue de ceux-ci, Caitline de la Clergerie fut reconnue deuxième Comtesse du Maine, ayant rallié les voix de M'TAV. Chantages, corruption, les Bretons de 'Maine, Terre d'Aventure' trahirent leur promesse que de reconnaitre Alessandor en tant que Comte. Suite à une magouille pré-électorale, il avait en effet été conclu que : - Les membres RFM votaient pour la validation de la liste M'TAV (un nombre minimum de signatures étant requis afin de se présenter aux élections comtales) - Les dirigeants RFM aidaient M'TAV à remplir leur liste, en leur fournissant des personnes pour combler ladite liste - Les élus M'TAV voteraient Alessandor lors de la reconnaissance du Comte

Durant cette période de quatre jours, deux évènements marquants eurent lieu. Le duel opposant Alessandor de Louvelle à Finam de Montmoreny eut lieu en terres Angevines, non loin de La Flèche. Trop arrogant, trop jeune, ce fut l'expérience et l'habileté à l'arme de l'Angevin qui l'emporta. Blessé à mort, son corps fut ramené à Montmirail, avant que des médicastres ne tâchent de remplir leur rôle. La veille de la reconnaissance du Comte, alors que les douze avaient eu vent que M'TAV ralliaient ses voix à PUMA, eut lieu le sombre pillage du Maine par le Comte Zemeuhman. Avec l'aide de sa compagne, Celestia, et de son cousin, ils empruntèrent dans les caisses du Comté, en témoignage de la puissance de la famille, avec pour seul but de conserver la trésorerie en sécurité. Ce furent 18'000 écus qui furent dérobés et des marchandises diverses, et une accusation non établie de la part des opposants à la famille Louvelle. A ce jour, le Comte Zemeuhman est en attente de l'ouverture de son procès en Haute Cour de Justice.

Certains remirent en cause l'honnêteté d'Alessandor, lorsqu'il apparut que celui-ci patrouillait aux frontières du Maine pour s'assurer de leurs sécurité, et faisait donc de la 'fouille au corps' avec l'aide du Comte du Maine Zemeuhman, de sa fiancée Celestia, et du Duc d'Alençon DantON. Un scandale éclata par la suite à l'état-major du Domaine Royal, lorsque ce groupe armé attaqua et détroussa une lance Orléanaise -cinq personnes- en route pour Angers.

'Aless' fut accusé de corruption, magouilles politiques, et baissa dans l'estime de ses concitoyens, perdant par là même certains de ses proches amis, tandis que nul n'avaient eu vent du pillage, ou ne le soupçonnaient. La rage consumma Alessandor, dont la principale cause, à ses yeux, de ce retournement de situation, était Micki de Portzmoguer, le breton. Soigné et remis sur pied malgré une douloureuse blessure, l'amertume s'était emparée du Mainois curieux, simple et riant de ses débuts.

Nommé connétable du Maine par la Comtesse Caitline, le Louvelle s'empressa de mettre au point un projet qui lui tint à coeur : la réforme de la caserne et de l'organisation de l'armée. Fidèle royaliste et soldat de profession, la tâche à laquelle il oeuvra se plaçait dans le contexte de la guerre d'Anjou. Voguant à travers les routes du Maine et les plaines de l'Anjou, Alessandor arriva à Laval un certain jour de la fin mars 1455 [2007].

L'exil, avril 1455

Annobli seigneur de Montaillé, mais se disant 'châtelain', Alessandor avait rendu hommage au Baron de Saint Calais, Zamday de Cassel. Un lien d'amitié naquit entre les deux hommes en début 1455, malgré une farouche animosité qui les opposaient.

A Laval, en mission militaire, le jeune Louvelle fit une rencontre qui le fit douter, mais aussi réfléchir, et changer. Il s'éprit d'une dame nommée Dameblondeur, du fait de la couleur de sa chevelure. Appelée aussi 'Db' par ses amis, celle-ci se révélait être la compagne de son farouche opposant politique : Micki. Les liens qui naquirent entre la blonde et le Louvelle, ne furent exposés au grand jour et restèrent dans le secret.

"Saleté de blonde Angevine, vous me troublez !"

Plus tard, Alessandor fut forcé de démissioner de ses fonctions de connétable et conseiller comtal, sur demande de la Comtesse, Caitline. Raphaël de Vergy, dit Kratos71, avait été fait prisonnier à Angers, lorsque des indépendantistes avaient repris le château. Un groupe s'était alors préparé pour aller négocier sa libération, mais telle expédition n'eut lieue, car à l'encontre des consignes de la Comtesse, celle-ci prouvant ainsi la basesse de sa pensée concernant le 'vivre noblement'.

Fuite, 'Aless' fit le Lionceau par la blondeur, prit les chemins de l'est avec pour seul but, l'exil. C'est à cette période qu'il intégra les rangs de la pieuvre noire, adoptant le nom de Cygne, et accédant au titre de Baron. Parrainé par Zemeuhman, il fut nommé leader d'une compagnie, avec laquelle il participèrent à quelques brigandages en terres de Bourgogne.

Ainsi s'achève la vie d'Alessandor de Louvelle, seigneur de Montaillé, en les terres de Bourgogne. Son corps sans vie fut retrouvé plus tard, par Zemeuhman. Rapatrié à Montmirail, la dépouille de feu Alessandor demeure à ce jour enfermée en la crypte de Montaillé.

Résumé

Au cours de sa vie, Alessandor fut,

  • Marchand ambulant
  • Maire de Montmirail par deux fois (janvier et février 1455)
  • Soldat, puis sergent, puis membre de l'état-major, puis connétable (mars 1455) de l'armée Mainoise
  • Baron de la Pieuvre Noire