Alsbo

De Wiki de l'histoire HRP des RR.
Avatar
Grandes armes


Albert de l'Epine, dit Alsbo "le Grand"
Pair de France, Marquis de Nemours, Duc de Sainte Marie du Lac, Vicomte de Châlons, Baron de Beaugency et Seigneur de l'Epine.


Sommaire

Enfance et jeunesse clermontoise

Cadet de la famille d’Albret, fils de Charles I, Seigneur d'Albret, Comte de Dreux, Vicomte de Dax, de Maremne, de Tartas et seigneur de Nérac et Connétable du Royaume et de Marie, Princesse de Bois-Belle, Comtesse de Guînes et Dame d'Argent, de Blois, de Boisbelle, de Chalucet, de Champagne, de la Chapelle des Aix-dam-Gilon, de Château-Meillant, de Chisay, de Clermont, de Corberia, de Craon, de Dun-Le-Roi, d'Espineuil, de Lussac, de Montrond, d'Orval, de Prahec, de Saint-Gondom, Sainte-Hermine, de Sully, de Villezon, fille de Louis, seigneur de Sully.

Il ne put par sa position dans l’ordre successoral, prétendre au titre d’Albret. Il fut donc fait Seigneur de l’Epine, terre issue de sa mère. Et de ce fait envoyé en Champagne pour son éducation.

Sa prime jeunesse se fit à la voix des récits épiques de Jeanne la Pucelle chassant l’anglois, et de l’avènement du Régent Charles qui devînt le Roi Charles VI. C’est à son adolescence qu'il fut placé dans le village de Clermont, proche de Beauvais, pour terminer sa formation académique. A cette époque l’Artois était la seule province rattachée au Royaume de France, et les seuls villages connus étaient Sainte-Ménéhould et Clermont. C’est là qu'il fit ses premiers pas dans le Monde. On s’attacha à lui faire connaître les usages et réalités agricoles. C’est de là qu'il tient cet attachement viscéral à la terre, terre qu'il chérit pour ses richesses et ses gens, terre qu'il a plaisir à retrouver. Ainsi, il a pratiqué les rudiments de diverses cultures et élevages. Il fut un des premiers à élever des cochons. Elevage qu'il combinait avec la culture du maïs, chose exceptionnelle et possible à l’époque. Il put conserver cette technique agricole durant des années. Il a même participé à l’édification du Château d’Arras. Ayant atteint un certain degré de respectabilité et de fortune il décida de devenir boulanger. Pour nourrir le petit peuple clermontois de ses excellents pains dorés. Et il l'est encore aujourd'hui.


L'âge d'homme

Vers ses 17 ans, avec ses amis Kay et Ghet ils décidèrent de s'investir dans la vie municipale. Le Maire de l’époque était Monsieur Long-John Silver, qui connaîtra un destin fastueux. Ils s'impliquèrent dans leurs coopératives respectives, il fondait la Coopérative des Eleveurs Porcins, Kay participait avec Woi à la fondation de la Guilde des Producteur de Maïs et Ghet fondait la Coopérative des Eleveur Bovins.

A l’époque de la fondation de Varennes, LongJohnSilver se retira, et pour la première fois, l’on put élire un maire. Durant la campagne, ils mirent en place des institutions qui existent encore aujourd’hui. On lui doit la création des conseils municipaux. Ghet se lança et fut élu. Kay et Alsbo furent ses adjoints. Kay remporta la seconde élection contre ce bon vieux Bobbysix, qui devint maire ensuite. Après Varennes, Argonne puis Bertincourt furent ouverts. Puis ce furent Compiègne, Cambrai et bien d’autres. Pour soutenir leur œuvre ils fondirent les Patriciens, qui était un groupe de réflexion sur l’avenir du Royaume et qui finit par devenir un parti politique.

L'engagement

Ce fut à cette époque que la monarchie changea. L'on passa des Valois aux Lévan, et Lévan II monta sur le trône. Une de ses premières décisions fut de séparer l’Artois de la Champagne. Ce fut là l’origine des tensions et rancoeurs entre les deux provinces. Lévan devînt Comte d’Artois et Long-John Silver devînt Duc de Champagne. C’est dans ce contexte que le premier Duc fit appel aux plus prometteurs des champenois pour le seconder dans sa tâche. Il choisit Alsbo, qui devînt Prévôt, son ami Prothas devînt Connétable, Kay fut Capitaine, Lecouscous Procureur et Rolland Juge. Ce premier mandat fut exaltant, ila vait 18-19 ans et atteignait là la réalité du pouvoir. Ils décidèrent de tenter l’aventure pour les élections ducales, et choisirent Korbn, le maire vénéré de Varennes pour tête de liste. Avec eux Seeman, Tristan de Salignac dit biquette, Maya, Benji, Foufy, Reborn, Prothas, Lecouscous et le tout sous la liste « Servons la Champagne ». En face, ils affrontaient les Bâtisseurs de Champagne de Caedes, Bobbysix, Mbouroch, Rolland, Magemax, Scinarf, Xaran, Breizh, Marcus, Sat, Muf et Jakov. Les Patriciens obtinrent la majorité et Korbn fut le Duc fondateur. Alsbo fut désigné Connétable, poste qu'il conserva pendant six mandats successifs.

Il fut le fondateur de la Caserne de Champagne, plus ancienne institution du genre du Royaume, ainsi que le Conseil Economique de Champagne. Ces deux lieux existent toujours.

Durant cette période Alsbo fus Conseiller sous les mandats des Ducs Caedes, Ricoh et de la régente Tsarine. Il adhérera au PARS, dont il fut Secrétaire Général un temps. Il y fut rejoint par ses amis patriciens Charles de Castelmaure dit Knightingale et Volpone.

Ce furent là les années d’or de la Champagne. Le Duc Caedes, poursuivant l’œuvre du grand Korbn, et avec le soutien d'Alsbo, réussi à unifier le Duché et à lui donner une cohérence et une harmonie nulle part égale. Le principe de la liste unique, regroupant toutes les sensibilités fonctionnait à merveille. Sur le plan civil, la paix et la confraternité régnaient. Caedes était Cardinal et sa sagesse n’était pas remise en cause. Ils constituaient une équipe solide, formée de conseillers issus du Conseil sortant. Le Conseil suivant fut du même ordre, mais faisant entrer des jeunes ayant fait leurs preuves dans les mairies, on vit alors entrer en scène son épouse Matt, Aramirdar, Tomazek, Amro ou Dante. Le Conseil vit ensuite entrer Negus, Ricoh, SanAntonio et Olaf. Tous ces gens, du moins ceux qui sont encore vivants forment aujourd’hui l’élite de Champagne. Le Duché était craint, respecté, son influence était majeure, bref c’était la plus puissante des provinces du Royaume, et ce, malgré des finances catastrophiques.

La Normandie était née, et avait occasionné un conflit avec l’Artois, puis ce fut la Bourgogne qui fut crée, issue de la Champagne. Puis la Bretagne et l’Auvergne et tant d’autres.


Des temps agités

C’est à cette époque que la question de Compiègne se posa. Ce village se plaignait depuis des semaines du mauvais traitement fait à son encontre par les autorités artésiennes. La mairesse Tsarine, au caractère si particulier avait contribué à tendre ces relations. Les choses s’empirèrent jusqu’à que la mairesse Stephy26, pour la sauvegarde de son village rompit l’allégeance faite au Comté d’Artois, et demanda la protection de la Champagne. Qui accepta. L’Artois du aussitôt réprimer cette trahison, et envoya ses troupes. La Champagne, fidèle à son engagement, déclara la guerre à l’Artois, et envoya son armée pour libérer Compiègne.

Ce fut le début de la guerre artéso-champenoise. La bataille eut lieu sous les murs de Compiègne, l’armée champenoise nettement supérieure en nombre rencontra une résistance acharnée, et de nombreux assauts furent nécessaires. Il prit part à ces assauts, et y fut blessé. Ce qui lui rapporta la médaille de Balthazar. Malgré cela, Compiègne ne tomba pas. La guerre se décida au nord du village, sur la route d’Amiens. Où l’armée Champenoise avait positionné sa réserve afin de bloquer l’arrivée de renforts. Un combat s’engagea avec ces mêmes renforts, qui furent anéantis. Le commandement artésien, aux ordres du Comte Luzifer, sans espoir de soutien dut capituler, et évacuer la ville. Une fois la ville libérée, les compiègnois décidèrent de rejoindre la Champagne. Depuis, Compiègne fait partie du Duché, et l’Artois en garde une profonde amertume.

Paradoxalement, cette victoire fut le signe du déclin de la Champagne, qui eut alors des désirs de puissance. Le Duc Caedes, quitta les ordres, et épousa la Comtesse Tsarine. Si intérieurement les choses se passaient au mieux, la puissance et l’arrogance champenoise commençaient à inquiéter dans le Royaume. On se méfiait de tout ce qui était champenois, une réputation hégémonique naissait.

Durant cette époque, divers troubles agitaient le Royaume, parmi ceux-ci, notons l’hérésie phookaïste. Un illuminé, Phooka, avait été déifié par ses amis en Normandie. Et ces derniers pratiquaient un culte païen en son souvenir. Par deux fois Alsbo fut chargé de commander une croisade destinée à les éradiquer. Il avait le soutien de l’Eglise et des grands duchés. Mais pas du Roi, sans ce soutien décisif, mes soutiens s’évanouirent, et le projet fut un échec.

C’est à ce moment que le Duc Caedes laissa choir la Champagne. Il disparut, purement et simplement. Tsarine, son épouse devint régente, et Alessandro son fils fut Duc. Les choses furent très confuses. Le grand débat tourna autour de la mort supposée de Caedes. Et de la nécessité de nouvelles élections, ce fut à ce moment que Tsarine mit main basse sur l’héritage politique et sentimental de son époux.

En cet hiver 1453 (2005), il fit sa plus grande erreur, erreur qu'il regrettera toute sa vie. Pour succéder officiellement à Caedes, on lui proposa de mener une liste. Il avait toutes les certitudes d’être élu. Mais il refusa. Ce fut Tsarine qui fut élue Régente.

La saison de la récolte

Alsbo devint Pair du Royaume, et nommé Grand Chambellan. Avec Volpone et Arnvald, ils furent à l’origine de cette institution.

Lorsque Caedes revint, décida de contester l’autorité du Roi Lévan III, la Champagne prit un pari sur son avenir. Nous étions là fin 1453 (2005). La contestation de la légitimité du Roi était fondée. Lévan III qui avait accédé au trône de son père, mort dans des circonstances pour le moins douteuses, n’avait jamais été sacré, sa reconnaissance était jusque là tacite. Une fronde se constitua, et de très nombreux grands seigneurs s’y engagèrent. De par l’autorité des frondeurs et leur influence, la menace était réelle. Encore fallait-il que la population suive. Un parti pro royal se constitua. Celui-ci joua sur le conservatisme des sujets du Roi, leur promettant les pires calamités si Lévan n’était plus monarque. Cela fonctionna. Et moins de la moitié des provinces se déclarèrent opposées au Roi. Insuffisant. La fronde battait son plein début 1454 (2006), et la Champagne, épicentre de la révolte fut la cible des royalistes, à la tête desquels : un Artois revanchard. Les forces de la fronde, trop dispersées, durent combattre sur leurs territoires, ainsi la Normandie, le Berry et la Champagne. Ce fut en Champagne que l’armée royale fut la plus dure, et la révolte fut notamment matée par les artésiens, qui pillèrent Reims. La capitale tombée, le Duc Caedes emprisonné, la messe était dite. Etant Pair et Grand Officier du Royaume, Alsbo était tenu par un serment, envers la Couronne, et par extension, le Roi. Il dut bien évidemment se tenir à l’écart de tout ceci. Et lorsque le Roi fut sacré à Reims le 22 janvier 1454 (2006), il lui prêta allégeance.

C’est ainsi qu'il fut nommé Intendant Royal pour la Champagne, avec mission de rétablir la paix et remettre le Duché sur les rails. La Champagne était exsangue. Aujourd’hui encore elle ne s’en est pas remise. Financièrement le gouffre budgétaire était insondable, politiquement, elle n’avait plus de pouvoir, étant passé dans le domaine royal, et enfin et surtout ce fut la fin de l’unité champenoise. Dès lors, la Champagne se divisa entre héritiers véritables ou prétendus de Caedes ou Tsarine, avec des affrontements incessants, entre les tenants de l’ancienne Champagne et ceux qui veulent du passé faire table rase. L’unité n’exista plus, et les élections furent à chaque fois des empoignades terribles. Seul le Duc Ricoh obtint un semblant de consensus. Les règnes de Matt, du Duc Olaf, auxquels Alsbo participa, des Régentes Dotch, et surtout Amarie furent très tendus. Un an de conflits. Il dut même être rappelé comme Intendant Royal pour mettre un peu d’ordre dans la maison.

C’est pour cela qu'il s'est éloigné de la Champagne, auquel il reste toujours attaché.

Il fut depuis cette période dévoué au Royaume, travaillant au développement des institutions du Royaume. En Champagne, il vit retiré à l’Epine, son domaine d’où il suit la politique de loin. Il vit son ami Melani devenir Duc, puis ce fut au tour de son beau frère Kurtwagner.

Son épouse Matthilde de Beaugency et sa fille Clémence de l'Epine vivent à ses côtés.


Cursus Honorum

  • Grand Prévôt de France
  • Pair de France,
  • Ex Grand Chambellan du Royaume,
  • Ex Connétable et Prévôt du Duché de Champagne,
  • Ancien Intendant Royal du Duché de Champagne (deux fois),
  • Ancien Secrétaire Général du PARS,
  • Commandeur de Sainte Ligue lors de la croisade phookaïste,
  • Ancien Administrateur de la ville de Clermont,
  • Président de l'équipe des Sabreurs de Champagne de Clermont,
  • Responsable de la Coopérative des éleveurs de Cochon,
  • Boulanger émérite.


(premier niveau 3 du jeu)


_______________________________________

Liens:

Famille de l'Epine
Le domaine de l'Epine: http://domaine-epine.bbfr.net/index.forum
Les Patriciens: http://patriciens.chez-alice.fr/

Soirée des 3 ans des RR