Armée Cantonale Lausannoise

De Wiki de l'histoire HRP des RR.

Armée Cantonale Lausannoise

Les textes de l'armée

Manuel de l'Armée cantonale de Lausanne.

1. Armée cantonale de Lausanne

2. Structure de l'armée cantonale de Lausanne et rôle de chacun 3. Simulation du fonctionnement 4. Charte de l'ACL 5. Annexes


1. Armée cantonale de Lausanne

1.1 Définition de l'ACL

L'ACL (Armée Cantonale de Lausanne) est la seule force militaire officielle de la République consulaire de Lausanne

1.2 Buts

Les buts de l'ACL sont d'assurer la sécurité et la paix sur le territoire de la République consulaire de Lausanne et protéger ses Citoyens. Elle interVient lorsque la sécurité des habitants et/ou leur liberté est menacée. Elle peut également intervenir dans pareilles situations pour des alliés de la RCL

1.3 Financement et composition

L'ACL est financée par la République Consulaire de Lausanne. Ses troupes sont composées de Citoyens lausannois uniquement.

2. Structure de l'armée cantonale de Lausanne et rôles

PRIME-CONSUL, COMMANDEUR DE L’ARMÉE -Représente le consulat dans l’armée.

LIEUTENANT-GÉNÉRALE 1ière compagnie -Est responsable de l’A.C.L. face au Prime consul et du consulat -Commande les lignes directrices et les ordres en fonctions des informations quel reçoit de l’extérieur de la caserne. -Responsable du développement de l’armée et de l’oriflamme, -Gère la formation des compagnies, des dates de garde et mission -Vois aux paiements des gardes avec la mairie -donne les promotions aux officiers -donne son approbation pour la promotion d'un non-officier


CAPITAINE -Responsable du recrutement, de l’accueil des nouveaux, -assure le suivit des soldats dans le programme de formation. -S’occupe des cas de discipline, du pointage, assure les dépôts des rapports des sous-officiers pour le LG -Prend la caserne en charge au besoin - conduit sa division au combat sous les ordres du L-G - gère les opérations sur le terrain de sa division suivant les ordres du L-G - rassemble tous les dossiers de l'armée pour les présentés au L-G


LIEUTENANT 2ième compagnie -Responsable des sergents et de gérer les tours de gardes. -Vérifie pointage et rapport. -Responsable de l’exécution des missions spéciales

SOUS-LIEUTENANT -(sous les ordres direct du L.G.) Responsable de la mise en place de l’oriflamme. -Analyse les rapports de garde et surveille le nom des brigands, Effectue les missions spéciales

SERGENT-INSTRUCTEUR 3ième compagnie -Resp. de la formation théorique des recrues, Dirige une compagnie

SERGENT des gardes 4ième compagnie -Resp. de la formation des soldats pour les gardes. Dirige une compagnie

SERGENT Maître d’arme 5ième compagnie -Responsable de la formation Militaire et de l’entrainement, Dirige une compagnie

SERGENT-DE CASERNE 6ième compagnie -Responsable de la vie en caserne et de la présence des textes, Dirige une compagnie

Caporal -Soldat promus pouvant prendre charge de mission et de gardes.

Soldat2ème et 3ème classe - Simple combattant

soldat 1ère classe: - Simple combattant

Recrue: - Citoyen en formation militaire

Médecin: - Soigne ceux qui nécéssitent des soins et dont les souffrances ont été provoquées en service


3. Simulation du fonctionnement

Le Prime Consul de Lausanne est le chef de l'armée.

3.1. Il décide, avec l'accord du Sénat de l'engagement de l'armée dans un conflit.

3.2. Le Lieutenant-Général établit les plans globaux liés aux engagements de l'ACL et les soumets au Prime-Consul.

3.3. Après adoption des plans par le Prime-Consul, le Lieutenant-Général fait part des plans aux Capitaines des Divisions concernées par les plans.

3.4. Les Capitaines préparent leur Division avec l'aide de leurs Lieutenants. Les Lieutenants font rassembler les troupes, et les Capitaines, une fois leur division formée, font savoir le travail de la Division (Et de cette division seule) à leurs soldats.

3.5. Après feu vert du Prime-Consul, le Lieutenant-Général fait donner le mouvement aux Capitaines participants aux opérations.

4. Charte de l'ACL

I. Des Conditions d'admissions

Seuls les Citoyens du Canton de Vaud peuvent postuler à l'ACL. Le postulant devra prêter le serment de fidélité à l'ACL. Le postulant ne doit pas avoir été reconnu coupable par la justice cantonale ou confédérale de faits relevants de la trahison ou de la haute trahison ou de troubles à lordre public répétés. Le postulant peut appartenir à un ordre militaire et/ou politique et/ou religieux et/ou marchand reconnu par la Cité de Lausanne. Les volontaires devront enfin informer leur Capitaine de tous les changements de situations pouvant avoir une influence sur leur rôle au sein de l’armée. Tout militaire pourra être radié de l’Armée Lausannoise, à sa demande ou par décision de la hiérarchie. Un militaire ne pourra démissionner pendant un état d’alerte ou durant une opération, le fait serait considéré comme désertion par la cour martiale et passible de l'exclusion ou le bannissement. La hiérarchie prendra alors les mesures qui s’imposent comme la suppression des laissez-passer, mises à jour des listes et une convocation devant la cour martiale pour non respect de l’alinéa précédent.


II. Du territoire de Lausanne.

L’Armée Cantonale Lausannoise est la seule force officielle du canton de Vaud.


III. De la politique, de la religion.

Aucun débat politique ou religieux ne peut être ouvert dans les casernes de l'ACL.

IV. Des droits et devoirs du Soldat.

Des droits

Tous les menbres de l'ACL ont liberté de religion et de politique dans le domaine du privé. Ils ont liberté d'expression sous réserve que cela reste sous forme pacifique, sans aucune forme d'agressivité, de violence, d'ironnie ou de moquerie. Auquel cas cette liberté peut se voire suspendue.


Des devoirs

Tout menbre de l'ACL est tenu d’obéir aux ordres et de se présenter au plus vite à ses supérieurs lorsqu'il est apellé, et d’agir promptement. Tout soldat est tenu de prendre connaissance des ordres du jour avant toute chose, et surtout, avant de prendre la moindre activité (professionelle ou autre). Tout menbre de l'ACL a le devoir de faire acte de présence chaque jour, avant d'entreprendre une activité (professionelle ou autre). Tout menbre de l'ACL se doit de faire preuve de respect envers tous les menbres de l'ACL sans distinction. Le comportement de tout menbre de l'ACL doit être exemplaire en tous lieux et toutes circonstances. Tout menbre de l'ACL se doit de respecter la présente charte et la constitution de la RCL.

V. Des permissions.

Tout menbre de l'ACL est tenu d’être présent et disponible à chaque instant au service de l'ACL. menbre de l'ACL pensant être indisponible pour une certaine période devra demander une permission, dans le cas contraire, le fautif sera poursuivit par la justice militaire et une sanction lui sera attribuée. L'ordre de permission est délivré par le Capitaine de la Division du menbre de l'ACL, par le Lieutenant Général pour un officier. La demande de permission doit être dotée de motifs sérieux.* En cas de mobilisation, chaque menbre de l'ACL mobilisé se doit de répondre présent, toute demande d'autorisation sera refusée.* Les Capitaines doivent tenir un registre des permissions accordées et refusées, l'aide de Camp du Lieutenant-Général les rassemblent dans un dossier et classe également celles concernant les Officiers. Ce dossier ne pourra être accessible qu'au Lieutenant-Général et au Prime-Consul qui ne pourront en divulguer le contenu. (hrp: pour des raisons hrp empêchant réellement le joueur à se connecter et faire correctmenent le travail qui lui est demandé, la permission est automatiquement attribuée, le menbre de l'ACL doit simplement le signaler à son Capitaine ou au L-G pour les officiers)

VI. Des manœuvres et mobilisations

Chaque membre de l'ACL doit se tenir informé des ordres quotidiens. En cas de mobilisation, chaque menbre de l'ACL mobilisé se doit de se présenter là où il est demandé, et ce au plus vite sous peine de sanctions. Dans tous les cas de figures, les menbre de l'ACL mobilisés ont 24 heures pour se présenter là où ils sont demandés, sauf dispense par permission accordée avant l'ordre de mobilisation. En cas de mobilisation et/ou manoeuvre, la prise d’activité (professionelle ou autre) doit être faite après le feu vert de son Capitaine, du L-G pour les officiers.

VII. Du comportement.

Le vouvoiement est de rigueur entre supérieurs et subordonnés. Le tutoiement est toléré à grade égal. Les membres de l'ACL sont tenus de s'exprimer d'une façon claire et courtoise. L'insubordination n'est en aucun cas tolérée. Les menbres de l'ACL se doivent d'adopter un comportement exemplaire en toute circonstance, qu'ils soient en service ou non.

VIII. Des sanctions. Les Sanctions de premier degré sont a effectuées par le Capitaine de la Division, par le Lieutenant-Général pour un officier. Celles du second et troisième degré sont faites par le tribunal militaire.

VIII.I Sanction du premier degré

Avertissement oral (A noter dans le rapport de l'officier) Avertissement écrit (Envoyé par pigeon et archivé dans le dossier du soldat)

VIII.II. Sanction du deuxieme degré

Travaux d'interêt Retrait de salaire Dégradation Punition corporelle

VIII.III Sanction du troisieme degré

Prison Exclusion définitive Une sanction de second degré peut s'accompagner d'une sanction de premier degré, et une sanction du troisième degré, d'une sanction du second degré et d'une sanction du premier degré.

Cas de sanction.

Sanctions du premier degré

Manque de respect à un membre de l'ACL Uniforme non-conforme Non-pointage Retard à une convocation, mobilisation, sauf empêchement valable Garde mal exécutée Conduite publique légèrement nuisible à l'ACL

Sanctions du second degré

Trois avertissements, oraux comme écrits Manque de respect à un supérieur hiérarchique Manoeuvre mal exécutée Vol à l'intérieur comme à l'extérieur de l'ACL Abus de pouvoir Népotisme Désertion Non-respect de la charte pour des points non-représentés dans ce chapitre Récidive en tout genre Fuite au combat sans ordre de repli Conduite publique fortement nuisible à l'ACL Non-exécution d'un ordre d'un supérieur, sauf si celui-ci est contradictoire avec les ordres des supérieurs de ce supérieur

Sanctions du troisième degré Trahison (Communication d'information(s) sur l'ACL et ce qui s'y rapporte à des personnes n'ayant aucun droit de regard ou autre sur ces informations) Note: des sanctions peuvent être attribuées face à des éléments non-cités, si ceux-ci vont à l'encontre de la morale commune.

5. Annexes

5.1. Les Premier-Sergents, Sergents, caporaux et soldats sont considérés comme "soldats" au chapitre 4.

5.2. Les soldats 1ère classe sont les Citoyens qui ne choisissent pas de carrière militaire, mais qui effectuent leur service militaire afin d'être pleinement opérationnels en cas de guerre, et si leur intégration aux troupes se fait sentir.

5.3. Le L-G et les Capitaines de Division forment l'état-major.

5.4. La Charte de l'ACL ne peut jamais être en contradiction avec la constitution Lausannoise. Si un changement est à effectuer, il se fait au niveau même de la Charte.

5.5. Ce Manuel ne peut être modifié que sur accord du Prime-Consul de Lausanne et du Lieutenant-Général de l'ACL.


Sir Jipitou Capitaine de l'armée de Lausanne 02 avril 1457


5.6. Au panneau d'informations générales seront affichées les nouveautés attachées aux matières traitées par ce manuel. Après cinq nouveautés, ce manuel doit être réédité.

Les officiers de l'armée

Lieutenant-général : Hélène

Capitaine : Sirjipitou

Maître d'arme : Freng Akhilleúsyon

Sous-lieutenant : Esméralda

Les anciens officiers de l'armée