Guidrion

De Wiki de l'histoire HRP des RR.
(Redirigé depuis Guidrion Daleiden)

Guidrion Daleiden est un bourgeois de Genève. Il fut avoyer de la République Souveraine de Genève en Juin 1457 et le fondateur de la guilde des arts dans la même ville. Ses deux fonctions lui apportèrent le sobriquet de Barde-Avoyer. L'an 1457 marqua un tournant dans sa vie: d'inconnu rural, il parvint à se hisser parmi les personnalités d'Helvétie, devenant même un penseur relativement respecté à défaut d'être approuvé. Cependant, à la fin de l'année, le fléau d'Automne et la crise religieuse majeure que connut l'hiver 1457 le brisèrent. Il vit désormais à Genève en tant que notable local, menant une vie calme et régulée.

Guidrion
Guidrion Daleiden
Lieu de naissance RP Versoix

Lieu de résidence RP 12, rue des chrysanthèmes, Genève
Guidrion.jpg
Début HRP 1 Janvier 2009
Articles internes Guilde des arts, Tabula Rasa, République humaniste

Citation "Comme dirait le curé lubrique de mon enfance..."
Autres informations
1 Janvier 1436 /
Religion Réforme

Fonction Premier Barde de la Guilde des Arts, premier de Tabula Rasa

Métier barde

Sommaire

Biographie

Jeunes années

Originaire de Versoix, Guidrion Daleiden est issu d'une petite famille de paysans. Délaissé par son père, le jeune Guidrion reçut un tout autre modèle paternel en la personne du curé aristotélicien du village, le père Jean. Celui-ci lui enseigne des rudiments de latin, lui apprend à lire et écrire ainsi qu'une myriade de choses diverses dans les limites du savoir du modeste prêtre campagnard. Durant cette enfance, le jeune garçon fut prétendument lié à une fillette de la région prénommée Anne. La jeune fille sera source de quantité de conflits et d'anecdotes savoureuses dans la relation entre Guidrion et le père Jean et ce bien que les deux enfants ne se soient jamais considérés comme autre chose qu'amis. Ces épisodes transparaissent dans le langage du jeune homme lorsqu'il fait allusion au "curé lubrique de son enfance". Malgré les années, le jeune Guidrion ne vit pas ses relations avec son père s'améliorer et il se rapprocha davantage encore de son père de substitution. Celui-ci continua sa formation et tentait de le pousser à gagner Berne ou Genève pour poursuivre sa formation ou commencer à travailler ailleurs qu'à la campagne. Il décéda alors que Guidrion fêtait ses vingt ans. A la surprise générale, Guidrion fut son unique héritier au grand dam du nouveau curé. Quelques jours après, Guidrion abandonna Versoix et gagna Genève.

Genèvois

Après quelques jours durant lesquels Guidrion travailla à la paroisse du curé Nainanus que lui avait recommandé feu le père Jean, le jeune homme fit la connaissance de plusieurs notables de Genève: Précioosa, Méliandulys, Lingus et bien d'autres. Avec l'aide de la première, il parvint à trouver une maison dans la renommée rue des chrysanthèmes et quitta le refuge de l'église du père Nainanus. D'assistant-sacristain, Guidrion devint employé aux mines.

Quelques jours à peine après son arrivée, le nouveau venu fut pris malgré lui dans une dispute de rue avec Traviatore, alors candidat aux élections, au beau milieu du discours électoral de celui-ci. Défendu par son récent ami Méliandulys, l'escarmouche verbale tomba en faveur de ce dernier. Ainsi, les premiers pas du jeune homme en politique se firent de manière bien hasardeuse. Sous l'impulsion de ses nouveaux amis, il s'intéressa davantage aux affaires du pouvoir qu'à améliorer son confort bien mince alors. Le 13 Janvier 1457, Guidrion devient greffier de la ville de Genève à la suite de Dame Queen65 et de messire Na_kai.

Durant les mois qui suivirent, Guidrion connut plusieurs évènements qui le marquèrent pour longtemps. Quelques jours après sa prise de fonction, Guidrion repartit pour plusieurs jours à Versoix pour y enterrer son père. Le voyage resta secret pour bon nombre de gens. Avec l'héritage et la vente des terres familiales, il fonda un élevage de moutons à Genève, activité qui ne l'empêcha pas de se maintenir employé des mines. Guidrion trouva l'amour en la personne de la douce Mariposa. Ce fut avec elle qu'il entreprit son premier voyage en Savoie, voyage durant lequel le jeune homme put découvrir à quel point Genève pouvait être mal vue. Cet épisode le marqua et devait changer son regard sur le monde. A son retour, la guerre de Pontarlier faisait toujours rage et quelques temps plus tard, il apprit la mort de Lingus. La nouvelle de l'un de ses tout premiers compagnons genèvois devait profondément marquer le jeune greffier. Dégouté par les raisons de sa mort, il renia le culte aristotélicien orthodoxe et se réforma. Suite à cette décision, il rejoignit la Compagnie du Léman.

Le 14 Avril, Guidrion Daleiden fonda la guilde des arts, un groupe qui se donna pour but la promotion de l'art en général et la formation de jeunes artistes. Dés le premier jour, le premier barde posa deux principes: la guilde était ouverte à tous et promouvoir la paix par l'art.

Le Barde-Avoyer

Le 29 Mai, le jeune homme remporte une victoire écrasante aux élections municipales contre Dada95 et devient avoyer de la République Souveraine de Genève. Dés son entrée en fonction, il se positionne clairement en faveur de la paix religieuse et décrète un acte d'amnistie erga omnes qui prévoit l'égalité et la paix entre la Réforme et l'Aristotélisme orthodoxe.

Cependant, sa législature sera difficile et particulièrement agitée politiquement, notamment du fait que sa prédécesseuse Nefti se déclara sicaire quelques jours avant son élection. Dés le lendemain de l'élection, l'avoyerie subit l'Affaire des conseillers accusés qui verra une succession d'accusation, de plaintes, de dénis de justice, de relaxation et d'action exécutive. Après près d'une semaine de conflits ouverts durant laquelle presque rien ne se fit au niveau législatif hormis la promulguation de lois votées encore sous Nefti. Finalement, la résolution municipale mettra fin au conflit tandis que Magenoir s'exilait à Lausanne.

Alors que la première crise s'achevait, l'avoyer dut subir l'usurpation de l'avoyerie par la Folle Comtoise. Cependant, son appel aux armes fut entendu et la cité se rallia en totalité à sa bannière pour reprendre l'avoyerie à la félonne comtoise. Cette victoire aisée lui permit de redorer son blason.

Après l'épisode de la folle comtoise, Guidrion put se consacrer davantage à l'application de son programme et entama la procédure pour fonder le Sénat Honoraire de Genève. Il tenta également de moderniser le cadastre bien que le projet n'aboutit jamais en raison de l'opposition de la censure genèvoise et de la conseillère à l'animation Précioosa. Il tenta également de fonder un formalisme juridique et une classification des lois mais le partisan du droit coutumier Kartouche parvint à convaincre le conseil. L'avoyer parvint cependant à faire passer une loi de formalisme juridique figeant des principes généraux quant à la rédaction des lois, usant notamment de l'argument de régler le problème qu'avait causé la polémique quant à la désignation de la République comme réformée sous Nefti. Il est l'auteur du terme: République Souveraine de Genève.

Une nouvelle crise faillit se dessiner lorsque l'avoyer bloqua les travaux de renouvellement de la constitution par erreur le 13 Juin. La constitution existait en deux exemplaires, l'une en l'avoyerie, l'autre à Berne. Guidrion et l'historien Izaac prirent parti pour la version de Berne mais une recherche de Nefti exposa que la version bernoise n'avait jamais été votée. Guidrion fit alors marche arrière et soumit la proposition de renouvellement de la constitution tout en débloquant les travaux. La procèdure ne suivit jamais car son initiatrice Nefti refusa de s'y replonger.

Si la législature se termina le 28, Guidrion cessa quasiment de gouverner une semaine plus tpt, devenu dépressif à la suite de sa rupture avec Mariposa. Lorsque Gromukus assembla une armée, ce furent ses conseillers, l'intendante Tatoumi et son ami Mélian du Lys qui gérèrent la crise.

Durant la nuit du 22 au 23, une altercation eut lieu entre Guidrion et Powerjeff, ce dernier l'accusant d'etre la cause de tous ses malheurs et de lui apporter la déveine depuis son élection. L'altercation bouleversa le jeune homme déjà fragile depuis sa rupture. Finalement, il se rendit au fil du temps où il avait rencontré pour la première fois ses plus grands amis de Genève et s'y transperça le ventre. Douceange l'y trouva et appela à la rescousse Cael et Musaraigne. Ceux-ci parvinrent à le sauver malgré Gromukus qui tenta de profiter de l'occasion l'assassiner. Il resta longtemps alité et resta longtemps dépressif.

Après qu'il fut totalement guéri, Guidrion abandonna Genève et voyagea, passant beaucoup de temps à Lausanne.

La Nuit Pourpre

Le 17 Aout, Karlheinz invita le barde avoyer à venir animer les festivités de la Compagnie Helvète de Commerce. Il arriva à Lausanne le 19 aout. Alors qu'il chantait pour quelques lausannois dans la taverne consulaire et dansait en compagnie de Nagoriaz, Bvero et Maxc, des croisés et des lions attaquèrent Lausanne. Ce fut lui qui réveilla les Lausannois grace à un cor ramené de Savoie. Ce fut également lui qui sauva Maxc d'un lion en le transpercant. Son dernier acte de la nuit fut sans doute celui qui resta dans les mémoires. Accompagné de Rah Xephon, il tua la demi-douzaine de croisés survivants qui continuaient d'appeler à la croisade sur la place du Consulat en flammes. Cet épisode lia profondément les deux hommes.

La Nuit marqua énormément Guidrion. Ses opinions républicaines et réformées s'exacerbèrent et son pacifisme en patit. Il développa durant les semaines qui suivirent une profonde haine de la chevalerie. Il s'impliqua dans la reconstruction de Lausanne et s'y fit de nombreux amis, à l'exception de Magenoir dont l'inimitié s'exacerba en raison de son allégeance à l'Ordre Teutonique. Il offrit à la cité un tableau commémoratif de son ami Thomas et écrivit une chanson sur l'évènement.

Après les évènements de la Nuit Pourpre, Guidrion s'enticha de Lausanne et de plusieurs de ses habitants et demeura dans la cité consulaire pendant plusieurs semaines avant de finalement rentrer chez lui à Genève. Pendant ce laps de temps, il s'activa beaucoup à aider au renouvellement de la cité après les incendies et fit jouer beaucoup de ses contacts de la guilde, notamment pour le blasonnement de la Fédération de Lutte et pour le reblasonnement de la ville.

Le Fléau d'Automne

Durant l'automne 1457, le fléau d'automne ravagea l'Helvétie, emportant de nombreuses vies. Guidrion Daleiden, alors encore conseiller, encouragea des mesures préventives très importantes mais il fut hélas l'un des premiers à être atteint par la maladie. Soigné par un médicastre ambulant du nom de Dirk mains-sanglantes, il n'en mourra pas mais en fut très fortement affaibli. Il y perdit également la raison, le faisant fuir la cité et vivre comme un sauvage jusqu'à ce qu'un moine le découvre et le ramène à Genève. La maladie et les chocs lui avaient fait perdre également la mémoire et il se mit à fuir ses amis. Persuadé qu'il était en danger, il se plongea dans la réthorique aristotélicienne et décida de devenir milicien de Christos, prenant le nom de Théophraste comme preuve de sa foi. Il alla jusqu'à se ruiner dans un équipement de combat et alla se présenter auprès des nobles noirs à FribourgTchantchès le prit sous son aile.

Après quelques semaines de service acharné mais peu gratifiant, Théophraste eut une crise qui lui fit retrouver la mémoire. Pris de panique de se retrouver ainsi parmi des gens avec lesquels il avait eu bon nombre d'altercations politiques, il quitta la ville sans tarder et prit des routes détournées jusqu'à sa chère Genève.

Tabula Rasa

Après son retour à Genève, Guidrion eut une longue convalescence qui l'affaiblit énormément mais durant laquelle il commença à retrouver sa verve politique grâce à la fidèle Mileina qui avait consigné en un manifeste ses écrits sur une théorie de République Humaniste: les Articles républicains pour une République Humaniste. Avec elle, il organisa leur diffusion en masse dans toute l'Helvétie francophone. Dans cette lancée, il fonda également un mouvement politique du nom de Tabula Rasa dans l'idée de faire table rase de l'Helvétie confédérale et désunie et d'y construire une république humaniste unifiée. Malgré de nombreux soutiens intellectuels, le mouvement ne parvint pas à percer dans l'arène politique et s'éteignit lorsque son fondateur se retira lentement de la vie politique.

Le retrait politique

Après l'échec de Tabula Rasa, Guidrion sortit de la vie publique et partit dans une retraite en compagnie de Mileina, ne faisant guère plus que compulser des écrits anciens ou juridiques, philosophant de temps à autre. Son affaiblissement physique et ce nouveau train de vie le rendirent vieux avant l'âge. De fait, Guidrion paraissait à cette époque le double de son âge.

Départ

A la fin Juillet 1457, Guidrion retrouva sa vieille amie Livia, dite Douceange, qui l'encouragea à sortir à nouveau et lui permit de sortir de sa torpeur. Elle parvint d'ailleurs à l'embarquer avec elle dans un voyage, le premier qu'il fit depuis longtemps.

12, rue des chrysanthèmes

Tulio
Orphée

La résidence du greffier resta longtemps peu meublée mais avec la bonne santé de son activité, il commença à la faire modifier par quelques amis pour en faire le siège de sa guilde. Cette petite maison à colombages relativement coquette a été rénovée pour accueillir les locaux de la guilde des arts de Genève. Le séjour a été vidé et abrite maintenant de nombreux instruments de musique, prêt à servir à leurs futurs musiciens. La cave, elle, abrite de larges quantités de matériaux, achetés à bon prix sur le marché, qui serviront à alimenter. Le premier étage abrite les anciennes chambres reconverties en petits ateliers pour la formation et la pratique des peintres, des écrivains et des poètes de la guilde. La cuisine au rez-de-chaussée a été maintenue dans cet état mais s'est vue ajoutée tables et bancs pour accueillir un réfectoire. Seul le grenier reste interdit à tous sauf à Tulio et Orphée car le maître des lieux y a établi ses désormais exigus quartiers. Au-dessus de la porte d'entrée pend désormais une enseigne: siège temporaire de la guilde des arts.


La maisonnette possède deux résidents permanents: Tulio et Orphée. Petit chat tigré, Orphée (surnommé Morphée) est le résident le plus joueur et miauleur de la maison. Il est également la mascotte de la guilde des arts. Myope, goinfre, talentueux dans l'art de se prendre murs et fenêtre de plein fouet, invulnérable(voir le précédent), atteint d'hypoglycémie chronique et d'âge canonique, Tulio est le fidèle pigeon voyageur de la famille des Daleiden. Depuis la mort de son père, Guidrion est l'actuel maître de Tulio. Etonnant quand on sait que le pigeon est plus âgé que lui.


La clique du Barde Avoyer

Lorsqu'il fonda la Guilde des arts, Guidrion s'entoura de plusieurs personnes qui marquèrent sa personnalité. Durant la fin de l'année 1457, le petit groupe se disloqua.

Thomas Vastin

hbrun184.jpg

Thomas rejoignit la Guilde des Arts rapidement en tant que peintre. Fribourgeois d'origine, la ferveur qu'avaient plusieurs de ses concitoyens le dégouta de l'Aristotélisme classique et il se réforma. Passionné par la Réforme et ses grands moments, il a tendance à insufler cette passion dans ses oeuvres, chose que son mentor n'apprécie que peu de par la neutralité de la Guilde.

Il est un bon ami de Guidrion bien qu'il soit un peu plus jeune. Il a un coté chien fou et enthousiaste mais reste très sensible.

Déçu par le retrait politique de son mentor, Thomas l'a quitté pour aider le mouvement réformé à se répandre par l'art.

Mileina di Pietrasanta

froux125.jpg

Mileina fit ses études à Berne. Juriste et latiniste, elle rencontra Guidrion lorsqu'il était greffier. Les deux jeunes gens se lièrent d'amitié. Elle s'associa à lui lorsqu'il devint conseiller. C'est elle qui est derrière bon nombres de ses projets et c'est elle encore qui insuffla à Guidrion son amour du droit écrit. Elle passe presque tout son temps dans les bibliothèques de Genève. C'est une jeune femme souriante mais aussi très flegmatique, voire froide. Assez proche des idées de la Réforme, elle reste officiellement orthodoxe.

Elle représenta Guidrion lorsqu'il fut alité pendant la fin de sa législature. Restée fidèle à Guidrion lorsque celui-ci se retira de l'arène politique à la fin de l'année 1457, elle réside encore à ce jour à Genève où elle travaille dans les tribunaux locaux. Elle est l'une des rares résidentes vivant encore dans la maison de la rue des chrysanthèmes.

Hans Heimer

hbnoir056.jpg

Hans est un allemand originaire de Nuremberg. Bien qu'il a cotoyé la réforme dans sa ville natale et s'y intéresse beaucoup, il reste orthodoxe. Artiste héraldiste de renom, il a été engagé par Guidrion lorsqu'il fonda le Sénat Honoraire de Genève et intégra la guilde des arts dans le meme temps. C'est un homme imbu de lui-meme et souvent méprisant. Agé de la quarantaine, il fait son age et s'isole souvent pour travailler.

Il passe beaucoup de temps dans les bibliothèques en compagnie de Mileina avec qui il s'entend à merveille et se conduit souvent très partenellement. Après la disparition de la guilde des arts et la fin de l'engagement politique de Guidrion, il repartit à Nuremberg mais garda contact avec Mileina et Guidrion par correspondance.

Camillio Illsiani

hbblanc038.jpg

Luthier ambulant de la cinquantaine, Camillio rencontra Guidrion durant son séjour à Lausanne lorsqu'il lui vendit un de ses luths au barde après la perte de sa mandoline durant la Nuit Pourpre. Sentant l'affaire que représentait la Guilde, il resta quelques temps à Lausanne et finit par s'engager dans le mouvement de Guidrion.

C'est un homme charmeur, jovial et très extravagant. Lors de la disparition de la guilde, il reprit la route.

Responsabilités et activités exercées

  • Employé des mines
  • Greffier du tribunal de la République de Genève de Janvier 1457 à Juin 1457
  • Membre de la Compagnie du Léman
  • Barde et fondateur de la guilde des arts
  • Avoyer de Genève en Juin 1457.
  • Combattant pour Lausanne lors de la Nuit Pourpre
  • Tribun de Genève pendant la première moitié d'Octobre 1457
  • Premier de Tabula Rasa jusqu'à sa chute
  • Postulant à la Noblesse Noire pendant son amnésie
  • Milicien de Christos autoproclamé pendant son amnésie

Anecdotes

Surnoms

Précédé par Guidrion Suivi par
Nefti
Blason geneve.png
Blason geneve.png

Avoyer de la République Souveraine de Genève
(29 Mai 1457 à 6 Juin 1457)
Morpher
Morpher
Blason geneve.png
Blason geneve.png

Avoyer de la République Souveraine de Genève
(8 Juin 1457 à 29 Juin 1457)
Tatoumi
Non existant
Guilde arts.png
Guilde arts.png

Premier Barde de la Guilde des arts
(14 avril 1457 à 1458)
Guilde éteinte
Soirée des 3 ans des RR