Mique

De Wiki de l'histoire HRP des RR.
Version du 4 janvier 2016 à 22:32 par Mique (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Construction.png Cet article a été jugé incomplet : il n'est présentement qu'une ébauche
Mique
Mique.jpg
Ville de naissance: Varennes
Date de naissance: 5 janvier 1452
Ville du décès: Dole
Date du décès: 19 septembre 1453

Mique du Niffelheim dit le Grand Mique ou Mique le Sorcier (apparu le 5/1/1452 [2005] - mort le 19/9/1453 [2005] ) Ier comte du Poitou, comte de Châtellerault, baron de Vouvray (par alliance). Son règne en tant que comte du Poitou marqua fortement les esprits au point qu'il fut élu par son peuple plus grand comte du Poitou de tous les temps. C'est lui qui est à l'origine de la première guerre entre le Poitou et l'Anjou, une des plus vieilles rivalités du royaume.


Sommaire

Biographie

Des débuts prometteurs

La fuite de Varennes

Si on ne connaît pas la date exacte de la naissance de Mique, nous savons qu'elle eut lieu à Varennes, petit village de Champagne. On ne connaît pas grand chose de sa famille, si ce n'est qu'elle était d'origine scandinave et qu'elle s'était récemment installée dans le royaume de France pour faire fortune. Il se décrivait comme « un jeune homme aux cheveux fous, qui changeaient de couleurs avec les saisons ». Devenu majeur le 5 janvier 1452, Mique se rendit à Péronne, village artésien, où se trouvait son cousin, le père Knight_who_says_Ni, curé de l'église Saint-Roger, qui depuis fut incendiée. Il choisit comme parrain Akxos de Walhalla, un Nordique comme lui. Il entra alors dans la communauté aristotélicienne, dont le dogme était en cours de formation. A la mort de son père, il retourna à Varennes où il eut une grande conversation avec sa mère Oriane. Elle lui laissa le choix entre une vie courte et brillante et une existence longue mais obscure, il répondit sans hésiter qu'il préférait la gloire et une vie courte. Il l'embrassa et lui annonça qu'il souhaitait se rendre au bord de la mer et ainsi rejoindre son parrain en Normandie. Il laissa son ancienne bicoque délabrée et sa génitrice aux soins de son frère Pfjedi88.

T'as voulu voir Honfleur et on a vu Honfleur

Le jeune Mique était installé dans le port de Honfleur depuis la mi-janvier et commençait à prospérer du travail de ses mains. Ses première actions politiques furent très précoces et avec son parrain Akxos, ils avaient leur tête qui fourmillait d'idées. Nos deux compères avaient par exemple en vue d'organiser des manifestations devant le château pour réclamer l'indépendance de la Normandie, assujettie à l'Artois. Cette indépendance se fit par proclamation le 21 février 1452 (2005). Levan III, qui avait tué son père pour devenir roi de France, dirigea un temps le duché.

Le 16 janvier, ils eurent l'idée de créer un parti dont le nom était "Pour un Artois prospère". Les deux amis s'étaient lancé dans une campagne municipale pour succèder à Carl_le_Viking. Malgré l'activité de cette dernière, ils échouèrent et virent un de leurs amis, Hellbrother le troubadour, devenir maire le 9 février. Ce n'était que partie remise car le 13 mai 1453, Akxos accédait au poste de tyran (c'est ainsi que l'on appelle les maires dans cette ville). Le 23 mars, les premières élections ducales mettaient BJB, premier duc autonome de Normandie. Mique avait d'ailleurs participé à une liste ducale. Le bon duc Phooka succéda à BJB à partir du 21 avril 1453.

Lisieux : mon escroc bien aimé

Mais Mique était reparti sur les chemins et était monté dans une carriole d'une troupe d'entrepreneurs, les Town Pilgrim. Après avoir lancé Honfleur économiquement, cette bande d'amis partaient pour Lisieux. Mique qui voulait voir du pays les suivit. Nous étions en début mars. Toutefois, un peu dérouté par l'absence d'un mentor – son parrain restant à Honfleur pour continuer à faire vivre la vie municipale – il se lança dans l'escroquerie. Il spéculait sans vergogne et quand on l'accusait, s'en sortait avec des pirouettes dignes d'un équilibriste. Cela exaspérait les Town Pilgrim et plus particulièrement le maire Wanou35. A l'élection municipale suivante, Mique se lierait d'amitié avec le vainqueur, Champs (élu le 24 avril 1453). Ainsi il fut plus ou moins couvert pour ses larcins. Il eut alors la chance de croiser un jour le duc Phooka qui lui dit en riant : « Tu es le seul vrai escroc bien fier de Normandie ! » Au lieu de le pendre comme un malandrin, l'homme le plus puissant et le plus respecté de la contrée semblait bien l'aimer. D'autres témoignages le confirme « J'ai été lieutenant de police puis maire à l'époque et je confirme: Mique était alors le plus gros escroc que j'ai jamais vu ! ( et j'en ai vus quelques uns, croyez moi... ) Je le pense toujours aujourd'hui ! [...] Il n'en était pas moins sympathique et attachant» (Wanou35)

Dès la mi-mars, Mique avait commencé une correspondance épistolaire avec une certaine Lenuki69 et il voyait son cœur s'embraser chaque fois qu'il recevait une lettre d'elle. Début avril, Mique se rapprocha de Marquiselouise qui avait des plans de conquête du pouvoir intéressants. Mais qui n'aboutirent pas. En revanche il s'inséra dans le débat public en menant une révolte mi-avril contre le maire Wanou35. Si celle-ci n'arriva pas à prendre la mairie, en revanche elle entraîna la démission du bourgmestre. Mais la colère grondait et les Town Pilgrim lancèrent un sondage en halle pour ou contre le fait de pendre Mique ! Thamior, le procureur, prétendra alors en débattant avec Mique qu'"on entend[ait] dans les tavernes : menteur comme un Mique, fourbe comme un Mique..." Ce dernier participe alors à une nouvelle liste ducale, dont le but affiché est de "réduire l'influence des Town Pilgrim en Normandie." Mique avait appris par Papatt que les TP avaient déjà eu des postes importants en Artois et les avaient délaissés à la création du nouveau duché.

L'invasion artésienne et la guerre de libération normande

C'est alors qu'allait survenir un événement qui marquerait à jamais le jeune Mique. En effet le 13 mai 1453, le château normand fut pris d'assaut par l'armée du comte d'Artois CharlesMauricedet. dit CMDT et son affidé l'ignoble Raoul d'Andrésy. Le duc Phooka fut assassiné lors de cette bataille, ce qui entraîna un vif sentiment patriotique venant de toute la Normandie. Plus tard, fut créé en l'honneur de ce grand homme un culte que l'on nomma le Phookaïsme. Il prit tant d'ampleur, qu'une croisade fut même perpétrée contre lui. Phooka mort, le château pris, les Artésiens voulurent annexer le duché et réduire les Normands en esclavage. Ils furent surpris de l'unanimité de la réaction. Des batailles épiques eurent lieu. Mique combattait dans la légion lexovienne, son parrain menait les Honfleurois. La ville de Honfleur fut prise par un certain Viivelartoiss... Ce fut la première expérience de la guerre pour Mique, qui s'était entraîné à l'épée dans sa jeunesse avec Maitrepo et Nero. Mais il en revint victorieux et le duché porta à sa tête un nouveau duc bien normand, Helric. C'est de cette époque que la Normandie fait partie du Domaine royal, car le roi vint appuyer les efforts des Normands dans leur libération. L'attaque de CMDT et de l'Artois s'était gravée dans la tête du jeune Lexovien. Il y vit les erreurs, les succès. Il commençait à désirer acquérir des connaissances stratégiques et à avoir de l'ambition.

Lisieux suite : Alcoolisme et popularité

De retour à Lisieux, il s'assagit car la solidarité de tous les Normands lui avaient enlevé l'envie d'arnaquer ses concitoyens. Des élections de Miss et Mister Lisieux furent organisées et il remporta le titre, prouvant ainsi un certain charisme qu'on ne lui enleva jamais. Souhaitant s'investir dans l'animation de son village, il devient président du CITBB (comité intertaverne du brassage de bière). Il eut alors une idée grandiose : établir un record de bières bues d'affilée en taverne ! Une idée d'alcoolique, mais qui enthousiasma tout le village. Une amie à lui, la jeune Viou, gagna le concours en buvant 1115 bières ! Elle en fut malade pendant des jours... Mique continua à prospérer par son travail. Il avait un élevage de cochons (il devint responsable des éleveurs de cochons), un potager et acquit une forge. Il assistait aux conseils municipaux et écoutait son ami Champs lui apprendre comment faire prospérer une ville. Il prenait des notes et faisait de nouveaux projets. Sa jeunesse avait été formatrice, il sut s'en servir pour arriver à ses fins.

La montée en puissance

La Touraine, le véritable commencement

C'est alors que notre jeune Normand se décida à quitter les embruns salés et changer de vie à nouveau. Il prit la route et se retrouva en Touraine, alors dirigée par le duc nommé provisoirement par le roi, Rolland. Il s'attèla à se construire une popularité fondée sur son charisme, son talent pour l'intrigue et ses nombreuses relations. Il faisait rêver les damoiselles tourangelles qui devinrent très proches de lui (Dhea : "Se peut-il que des femmes dans le royaume discutent d'autre chose que de Mique et son énorme charisme?" , mais également Trinity : "Il est certain que nous pourrions passer des heures à discuter de Mique"). Il devint rédacteur en chef du journal local qu'il avait fondé : la Gazette des MMM, dont le premier numéro hebdomadaire sort le 6 juin 1453. Dans l'équipe de rédaction, Stooky, le capitaine de Touraine et Tib0, comme journalistes ; le père Torquatus, spécialiste des affaires ecclésiastiques, Knight_who_says_Ni, juge de Touraine, aux affaires juridiques, Lisberg, l'envoyé spécial à Loches. Très apprécié des habitants, ce journal eut une existence éphémère, il ne survécu pas au départ des MMM. Il est à noter que personne ne savait hormis les rédacteurs, que MMM signifiait "Magnifiques Manipulateurs Machiavéliques".

Il organisa les élections des Miss et Misters et se lia d'amitié avec celles et ceux qui le soutinrent jusqu'à la mort. Il se lança alors dans la politique avec son cousin Knight qui prit la place du juge pris en flagrant délit de spéculation et son ami Tib0. Ils furent élus le 18 juin sur la liste du duc Rolland TEM (Touraine en Marche) et alors que s'organisait le conseil, ils filèrent tous à l'anglaise dans le nouveau comté créé par le roi : le Poitou.

L'arrivée en terre promise : le Poitou

C'est grâce à une lettre à sa majesté Lévan et de nombreux soutiens dans tout le royaume que Mique fut nommé comte provisoire du Poitou par décision royale, le 15 juin 1453. Il exerçait également la fonction de connétable tandis que Coacharno, son grand ami, était nommé commissaire au commerce. Mique était également élu maire de la petite ville de Niort le 28 juin avec près de 60% des voix. Il remonta alors les finances de la mairie pillées par quelques révoltes. C'est vers cette époque qu'il choisit la voie de l'Etat et s'intéressa aux études dans l'université de Poitiers qu'il dirigea longtemps. Il se lança enfin dans une campagne pour sa réélection.

L'apothéose

Article détaillé : Histoire des relations angevino-poitevines


C'est le 16 juillet 1453 qu'avec sa liste Indépendance et Puissance du Poitou (IPP) il remporta la majorité des voix (notamment grâce à des amis transfuges) et fut confirmé à sa place de comte. Libéré de la surveillance des villes et de la mairie de Niort qu'il laissa à son ami Perrichon qui le trahit par la suite, il avait les mains libres pour ses grands desseins. Avec son fidèle CAC, il fonda les Francs-Maçons, une association qui prit une ampleur énorme en Poitou et ailleurs. Si grande que l'Eglise (en la personne de Norv) s'en inquiéta et lutta contre cette « hérésie ». Le conseil comtal fut entièrement à Mique avec le bailli Marquiselouise (une de ses suivantes), le capitaine Spirit, le CAC Coach évidemment, son ami Fahrenheit_381 comme connétable, son cousin Knight en juge, son grand ami Tib0 en porte-parole de choc nous le verrons, son ami prévôt Thaddeus et en procureur son parrain Akxos ayant fini son mandat de maire en Normandie. Les maires des quatre villes que contenait le Poitou étaient FM : Coacharno (La Rochelle), Perrichon (Niort), Sirjames, puis Mysouris (Thouars), Champs (La Trémouille). Le clergé était également ami (Lisberg, Torquatus, etc.) Pas beaucoup de place pour l'opposition dirons-nous.

Le comté était vraiment très prospère à cette époque. Les Poitevins ne mouraient pas de faim, bien au contraire. Des festivités s'organisaient grâce au père Torquatus et à la belle ambassadrice Dhéa. C'est d'ailleurs en Poitou, sous le règne du Grand Mique que Levan III vint faire son strip tease en taverne, à La Rochelle, plus précisément (Le strip tease). Mique avait une politique extérieure volontaire, comme le prouvèrent les menaces qu'il envoya au comte brigand du Limousin ou au duc belliciste Mephistophele.

C'est alors que Thouars, la ville frontière avec l'autre jeune duché de la région, l'Anjou, fit part à Coacharno d'agressions économiques lourdes. Dans le même temps, Rolland, indétrônable duc de Touraine annonça qu'il en allait de même pour Chinon qui comme par hasard bordait également l'Anjou. Rolland et Mique discutèrent longuement ensemble et en leurs conseils et prirent la décision de se plaindre à l'Anjou. L'Anjou restant sourd à leurs demandes, ils décidèrent de se venger et deux armées, une Tourangelle et une Poitevine (où les FM sont nombreux) se rejoignirent à Saumur et déversèrent des centaines de carcasses de viande avariée sur les marchés ducaux et municipaux. Mique rachèta ensuite toutes les denrées du marché pour les revendre à des prix aberrants et faire plier la population. S'ensuivit une bataille épique entre de jeunes Angevins qu'on retrouva plus tard à la tête de l'Anjou, les Penthièvre : le futur baron Beucheumeu et le futur duc 197856 et Mique (lorsque les claques étaient codées en taverne). Tib0, le ministre de la propagande Kennit et l'ambassadeur en Anjou, Wilhelm de Murat (« prenez garde à ce que la main tendue ne se transforme en poing ») déclarèrent alors la guerre à l'Anjou tandis que la Touraine faisait de même. Mique et ses amis tentèrent alors de prendre des mairies dans tout le duché et furent alors inculpés de haute trahison.

Mise en accusation en Anjou

Mique prit la décision de mener les négociations de Pouancé dirigées par le duc du Berry Thierry54270. D'un côté Rolland et Mique qui tenaient l'Anjou à la gorge et de l'autre Fraaz, duc d'Anjou bien faible. Il fut décidé que des élections anticipées seraient organisées par le roi dans les trois duchés et que les accusations angevines sur les guerriers de l'alliance tourangelle et poitevine seraient annulées.

La retraite et la fin tragique

Mique décida alors de devenir recteur à temps plein et de ne pas suivre les suppliques de tous ses sujets qui lui demandaient de rester comte à jamais. Il fut tout de même élu sur une liste IPP menée par Akxos et qui remporta 100% des voix, cette liste étant la seule en lice. Mique eut ensuite beau jeu de dire à ses adversaires vexés qu'ils auraient dû monter une liste au lieu de piailler et que lui pouvait compter sur le soutien de 100 % des Poitevins. On y retrouva des noms bien connus et la politique menée était miquienne. Mique choisit comme fief de retraite Châtellerault. Il tomba alors éperdument amoureux et se maria le 12 septembre 1453 (2005) avec Morgwen de la Louveterie lors d'un mariage qui rassembla beaucoup de personnalités et qui fut célébré par son ami Lisberg.

Le peuple reconnaissant

Mique eut une fin de vie assez sombre où se mêlèrent des coups tordus (Amis des Anges) et de la sorcellerie (nombreux clones). Il lança un duel à mort à Volpone de Medicis. Puis il partit en voyage de noce en Franche-Comté (en fait pour la guerre champenoise) mais fut rattrapé par la justice royale et décapité le 19 septembre sur la place de Dole devant sa jeune épouse. Son enterrement, bien qu'interdit par l'Eglise, fut célébré par Lisberg à la cathédrale de Poitiers et tout le peuple poitevin avait les larmes aux yeux. Il mourut avec 137 points d'Intelligence, 177 point de Force et 229 points de Charisme pour 170 Points de Réputation. Depuis de nombreuses légendes et chants épiques furent écrits sur ce grand homme. Il fut élu plus grand comte du Poitou de tous les temps le 24 janvier 1454 lors d'un sondage en gargote du Poitou.

Un monument en sa mémoire fut profanée et souillée par des Angevins à La Rochelle (Ksandra, Meroot, Kaikai et Tydual), preuve de la haine qu'il avait su faire fleurir entre ces deux peuples : cette action fut pointée du doigt en haut lieu et fut par la suite durement reprochée aux dirigeants angevins de l'époque. Les coupables furent jugés en mai 1454 et leurs blasons barbouillés. On connut à Mique deux enfants illégitimes : Kramarade_Marx_Thayer et Oriane_de_Guermantes, cette dernière ayant vécu quelque temps à La Flèche avant de suivre la voie de son père et de revenir en Poitou. Elle essaya notamment de lancer une pétition pour élever une statue de Mique à Poitiers et devint conseillère comtale poitevine. L'ingratitude des nouvelles élites poitevines envers l'œuvre immense de son père la dégoûta et elle disparut du comté.

Citations

  • « le peuple poitevin sert avant tout à tuer, piller, massacrer, violer, détruire, briser, casser, fracasser, pulvériser, rompre, abattre, démolir, annihiler, renverser, anéantir, décimer, éliminer, réduire en cendre, démanteler, saccager, réduire à néant, asservir, exterminer, abattre, assassiner, buter, descendre, exécuter, occire, supprimer, trucider, faire la peau, liquider, profaner et souiller tout ce qu'il y a au nord-ouest de Thouars... ! »
    ~ Mique
  • « Si je racontais le tiers de ce que j'ai fait en Anjou, grands Dieux ! On me brûlerait une seconde fois ! »
    ~ Mique
  • « Déclenchez moi une guerre, Sieur Wilhelm. »
    ~ Mique
  • -Bien, Sire''
  • « Tout ce qui est à nous est à nous, tout ce qui est angevin est négociable. »
    ~ Mique à propos des négociations en Anjou
  • « Tu étais le seul vrai escroc bien fier de Normandie!  »
    ~ Phooka à propos de Mique
  • « La saint Mique tombe un 19 ! »
  • « Un grand Poitou implique de grandes responsabilités. »
    ~ Mique
  • « Une nation est une société unie par des illusions sur ses ancêtres, et par la haine commune de ses voisins.  »

Bibliographie

Mique, cet homme par Wilhelm de Murat

Archives de Rekkared

Liens internes

Francs-Maçons

Amis des Anges

Négociations de Pouancé

Mique, cet homme (texte complet de Wilhelm)

Vita Miqui Magni (texte incomplet par Jacques-Pierre Brissot)

Histoire des relations angevino-poitevines



Précédé par Mique Suivi par
[[]]
Poitou.jpg
Poitou.jpg

Comte du Poitou
(15/06/1453 à 23/08/1453)
Akxos
Soirée des 3 ans des RR