Mique, cet homme

De Wiki de l'histoire HRP des RR.
Avatar

Sommaire

Biographie du Comte Mique OU LEGENDA MIQVI QVINTINI REGNORVM RENASCENTIVM

réalisée par Wilhelm de Murat, Paysan, prédicateur, troubadour, Inquisiteur, milicien, diacre, mineur, Philosophe et scribouillard à ses heures.


Note du traducteur : Ce récit de la vie du Comte Mique ne prétend à aucune véracité ou exactitude. Sa mouture originelle a été manifestement récupérée sur la fiche perso. du Comte, une interview fut trouvée dans le journal "Lisieux dans les yeux", et la pièce maîtresse fut l'autobiographie de Mique ; tout cela accompagné un immense travail de compilation. Malheureusement, les auteurs semblent être des alcooliques notoires, avec une forte tendance à sublimer les personnes auxquelles ils portent de l'affection. C'est pourquoi certaines parties seront commentées sévèrement. Mique est assurément un grand voyageur. Son parcours, comme le signale le rédacteur en chef de "Lisieux dans les yeux", fut tel : Varennes, Honfleur, Lisieux, Chinon, Niort. Un vagabond assurément, à se demander comment il devint Comte. C'est l'objet de cette biographie que de le déterminer... Il est à noter que toute la vie du Grand Mique n'est pas narrée, les exploits en Anjou, son mariage avec Morgwen, sa mort surtout, ayant été tant contés qu'on ne les racontera point...

Pour commencer, une chanson populaire en son honneur  :

Mique le Grand

Qui n'avait jamais tremblé,

Devant les armées rassemblées ? Qui n'a jamais sourcillé,

Devant le déficit accumulé ?

L'arme à la main,

Ou les pieds dans l'purin,

La bière dans l'gosier,

Ou en train d'forger,

Mais qui est ce gars,

Digne d'un roi ?


Refrain : Il a ptêtre été Normand,

Mais il est poitevin maintenant !

Et s'ils veulent le récupérer,

Moi j'souleve le Comté !


Mique le Grand dans l'action,

C’est mieux qu'un canon !

Il déblaie l'ennemi,

Ou aligne le Whisky,

Règle l'déficit,

Ou s'remet d'une cuite,

Rien ne l’arrête,

Même pas nos sales têtes...

Sûr faut être fou,

Pour être comte du Poitou !


Refrain (en chœur)

Ah notre bon comte,

Jamais il s'démonte,

La p'tite phrase ironique,

Ou le Verbe héroïque,

Le sermon sympathique,

Ou même le lyrique,

Plus rien ne l’arrête,

Il nous en met plein la tête,

Et maintenant où qu'il parte,

Il m'aura dans les pattes !

Chant populaire poitevin, 1453

Période champenoise ou " Il faut un début à toute grande épopée" :

"Je suis né à Varennes d'où j'ai fui assez rapidement..."

Comte Mique .

On reconnaît l'humour sublime mais anachronique du comte.


"Il y a de cela 3 lustres et 3 années un jeune homme aux cheveux fous, qui changent de couleurs avec les saisons naissait à Varennes" : Il importe de commencer en rappelant que la couleur des cheveux en 1448 changeait d'une seule façon , irréversible : vers le blanc . La mention "cheveux fous" dénote bien du caractère très "zazou" du personnage ; nul ne s’étonnera qu'il soit décrit comme "le plus gros escroc de Normandie" selon Phooka. Il le reconnaît lui même : "Que des gens sympas et je m'amusais bien à les escroquer !" La phrase qui suit : "Mais sans jamais être méchant" n'excuse pas tout bien entendu , mais le rend déjà bien sympathique . C.f. Wanou35 : "J'ai été lieutenant de police puis maire à l'époque ( A Lisieux-NDT) et je confirme: Mique était alors LE PLUS GROS ESCROC QUE JE N'AI JAMAIS VU!!!!! ( et j'en ai vus quelques uns, croyez moi... ) Je le pense toujours aujourd'hui !"

Mais la suite rassure, et finalement le comte Mique apparaît comme ces Robin des Bois , des truands au grand cœur , dans la lignée des Arsène Lupin ... Cf. Wanou35 :"Mais je dus reconnaître une chose: même si Mique m'a gonflé au plus haut point, me faisant penser par moment à un moulin à parole plein de hargne, de colère et irrévérencieux à souhait, il n'en était pas moins sympathique et attachant! "

"Ce personnage à la jeunesse éclatante et au charisme non négligeable quitta assez rapidement son village pour retrouver son compagnon d'armes et frère de sang de toujours, Akxos le Viking (*1) " . Le ton hagiographique de la production ne laisse aucun doute , l'auteur n'est PAS du tout objectif .

"Il laissa son ancienne bicoque délabrée au soin de son frangin Pfjedi88 pour entreprendre cette "fuite de Varennes", non sans s'être fait auparavant baptiser par le curé de Péronne Knight_who_says_ni" : Nos amis de l'Eglise sont rassurés , il n'est pas Phookaïste . Le phookaïsme est un culte célébrant la mémoire du Duc de Normandie défunt Phooka , tué par CMDT(3) . Cette doctrine fut tour a tour déclarée hérétique , menacée de croisade , déclarée non-hérétique , et finalement déclarée libre . Cf. le comte Mique lui même "Je tiens d'ailleurs à préciser que je suis un pur Aristotélicien suivant les préceptes des nombreux prêtres que je connais personnellement à savoir Lisberg (4), Torquatus (2) , Knight_who_says_ni (6) (même s'il a quitté les ordres) et Damien (5) .Ce sont tous les quatre des hommes de talent qui méritent que je les nomme ici ."

Période normande , Guerre d'Artois et de Normandie :

"Pour la Normandie à Honfleur où je rejoignis mon parrain (i.e. Akxos -NDT). J'y étais éleveur de cochons puis maraîcher. Ensuite lorsque je devins niveau 2 (forgeron), je me suis installé à Lisieux, cette belle ville qui était toute neuve (j'ai eu la prime d'installation). J'y suis devenu Mister Lisieux mais aussi un escroc réputé, le plus grand de toute la Normandie selon Wanou, ex-maire de Lisieux et Phooka, feu notre duc. Mais toutes les bonnes choses ont une fin." Comte Mique .

Mique décida de s'implanter au bord de l'Océan, près des verts pâturages à l'air vivifiant , peut-être pour profiter d'un climat plus sain que celui de Lisieux qui commençait a sentir la prison...


Mique, ce guerrier, ce séducteur


"Bien des demoiselles se suicidèrent à Varennes" c'est la fête des fleurs ... "mais celles des hameaux jalonnant le chemin menant à Honfleur furent très satisfaites." Il n'y a pas de mal à se faire mousser ... "Il les charma aisément grâce à ses yeux perçants et doux, d'un bleu éclairé d'une goutte d'or." De mieux en mieux ... Amoureux des femmes et des jeux de l'esprit, il est également d'une force impressionnante(*A). Son escrime est très pure, dans sa jeunesse il s'entraînait tous les jours avec ses joyeux compagnons Maître_Po et Nero. "Après moult Blödhorn infligés à de méchants Artésiens , qui avaient envahi le Duché de Normandie (*B) sur l'ordre de CMDT(3) ( dont je conseille la lecture de l'excellente biographie qui a été faite a son sujet ou sinon *3 ) et quelques blessures de guerre lors de la grande bataille pour libérer Dieppe ( Cf. le Comte Mique "J'étais Normand et comme tout Normand qui se respecte, j'ai combattu à Dieppe"(*C) ) qui impressionnent toujours les jolies donzelles, Mique et son fidèle ami Akxos se fixèrent à Honfleur." Mique, Lexovien, est resté libertin (Cf. Dhea : "Se peut il que des femmes dans le royaume discutent d'autre chose que de Mique et son énorme charisme???" , mais également Trinity : "Il est certain que nous pourrions passer des heures à discuter de Mique". ) mais sa rencontre, par le truchement d'une bouteille à parchemin, lancée dans la Dives, avec la plus jolie paysanne de tout le royaume de France le marqua pour longtemps... Il est depuis en attente de quelque chose en plus du style américain de ses cochons et de ses légumes génétiquement non-modifiés... Il bat en effet le fer nuit et jour dans sa forge tant que cet événement heureux ne s'est pas produit... Un mariage ? une glorieuse bataille ? Un anoblissement ? Qui sait de quoi l'avenir est fait ? L'ambiance était géniale à Lisieux. Elu Mister Lisieux 1452 et nommé à la présidence du Comité inter-tavernes de brassage de bière grâce auquel il organisa le record de bières bues en une journée (1115), il a décidé de tout quitter pour recommencer sa vie auprès des siens en Touraine.

Période tourangelle , ou "le rachat d'une conduite" :

"et je me suis rendu à Chinon où je devins Capitaine de Touraine"

Comte Mique .

"Ma plus grande erreur: avoir fait passer la politique avant l'amour."

Comte Mique .

Lenuki69 sera interrogée sur la question de Mique . Chinon est une splendide cité baignée par la Vienne où Mique espère rencontrer plein de monde. Il a commencé à s'intégrer en étant rédacteur de la gazette de Chinon et en organisant les élections des miss et mister. Nommé capitaine de Touraine par notre bon duc Rolland . Il rencontrera au passage Lenuki69 , mais l'abandonnera pour le pouvoir au Poitou . Les hommes ...



Un certain duel, pour l'amor ! Ou Mique, ce chevalier, cet homme d'honneur !


Mique : "Dans ce cas Malitourne, je te confie ce bijou, cet ange qui ne veut plus de moi, la vie est bien cruelle. Vivez heureux, moi je resterai éternellement seul, les yeux rivés vers Chinon où roucoule ce couple qui vient de me déchirer le cœur." Malitourne :" Pardonne-moi, Mique, d'être, bien involontairement, ton bourreau. Mais, pour le cœur de Lenuki, impossible de transiger."

La geste Chinonaise , 1453

Toute vie d'honneur , de passion , devrait être couronnée par un duel . Et c'est ce qui arrive . Malitourne(8) convoitait Lenuki69 , la bien-aimée de Mique. Ce qui devait arriver arriva :

[...] Le comte Mique , les yeux tristes , prononça ces terribles paroles : "C'est pourquoi je te défie en duel. Je te laisse le choix des armes mais sache que ça sera un duel à mort. Je ne peux pas vivre sans elle ." Alors , dans l'assemblée , on se pâma : Les chevaliers Hospitaliers détournaient leurs yeux de leur frère Malitourne, car ils étaient déjà en deuil de leur ami : Mique étant une des plus grands chevaliers du royaume. Malitourne , qui n'avait pas même blêmi , car grand chevalier il était également , mais moins grand que Mique , déclara : "Nous sommes des hommes d'honneur et ne fuirons jamais nos responsabilités. Dans cette histoire, il y deux hommes et une femme et un seul et indivisible amour. Le duel à mort ne peut être que la seule issue, car c'est à Dieu même qu'il faut s'en remettre pour départager les cœurs. J'accepte ton duel cher Comte! Je suis un des plus habiles archer du royaume mais je choisirai l'épée." Alors les amis de Malitourne se lamentaient, car ils savaient que celui-ci allait mourir . Entre les deux hommes passa un courant de respect et d'estime ; malgré l'amère sentence [...]

La geste Chinonaise , 1453

Période poitevine , ou "la Consécration" :

"Peu après le Roy m'a nommé Comte provisoire du Poitou et Connétable. Je fus également élu maire (quel cumul !). Je démissionnai de la mairie pour me consacrer à mon poste de Comte où je fus élu par le peuple avec ma liste IPP. Je suis également le cofondateur des Francs-maçons en ce moment j'habite La Rochelle. Je fus aussi maire de Niort."

Comte Mique .

"Dès son arrivée à Niort, Mique fut porté à la tête du Comté par notre Roi ainsi qu'à la mairie de ce verger."

"Je devais aussi m'occuper du poste de Connétable."

"Puis le soutien populaire m'a confirmé à la tête du Comté. " (48.5%)




L'ère des troubles

" Par le présent parchemin, nous, Mique du Niffelheim, après avoir pris avis de notre conseil comtal, ordonnons au Comte du Limousin de démissionner sans quoi le Poitou portera assistance à notre bon Roy Levan III pour faire cesser cette mascarade. Un voleur ne mérite pas d'être à la tête d'un comté, surtout lorsque ce dernier jouxte le nôtre. De plus si le duché de Bourbonnais-Auvergne envahit le Limousin, en aucun cas l'armée du Duc Mephistophele ne pourra passer sur nos terres et elle devra faire face à la nôtre. Inutile de rappeler que si la liste majoritaire au conseil comtal poitevin se nommait Indépendance et puissance du Poitou, ce n'est pas pour rien ; le choix des électeurs ne peut être bafoué impunément. Fait à Poitiers, le 25 juillet 1453. Mique du Niffelheim "

Les Personnes Importantes dans la vie de Mique :

1 ) Akxos : "Ce fier guerrier dont la chevelure épaisse ne niait point ses origines, avait un regard d'un bleu profond qui appelait le souvenir des Fjörds scandinaves ."

Comte Mique .

"Vive Akxos, procureur devant l'Eternel. "

Comte Mique .

né en août à Honfleur (alors artésienne) , d'origine viking , ses parents l'on élevé dans la tradition celtique. Une jeunesse marquée par le cri des mouettes et un désir insatisfait de voyage. A l’âge de 16 ans s’engage dans l'armée du duché de Normandie afin de pouvoir guerroyer , par "l'appel du sang". Une réputation dans l'armée se crée et nombre d'hommes suivent celui qu'ils appellent " le grand Viking " , n'hésitant pas à mourir pour lui, sa réputation dépassa les rangs de l'armée pour parvenir aux oreilles de Mique, le même sang scandinave coulant dans leurs veines . Il est a l'origine du départ de Mique de la Champagne vers la Normandie. Maintenant que le sang à trop coulé Akxos à décidé de se ranger, il s'est marié un beau jour de février à la tendre Xhyane , celle ci déclarant : "Akxos à une femme, car il est marié, qui l'attend à Honfleur, et qui est furieuse après lui car il est partie vivre loin d'elle...."

2 ) Torquatus :

Fils de paysans besogneux, élevés avec gallinacés et porcelets, je naquis en l'An de grâce 1430 au solstice d'été. Très vite enrôlé dans la ferme familiale, je grandis dans le souvenir d'un frère égorgé par les Sarazins à Cordoue puis précipité dans le fleuve Guadalquivir pour avoir affirmé sa Foi en Jésus-Christ Notre Seigneur. Mon père,adepte des coups de ceinturon, m'a très vite inculqué les vraies valeurs de la vie: "Fais du bien à un vilain, il te chiera dans la main. Fais ce que dois, advienne que pourra." Ma mère, fille du purineur du Bailly de Seilhac plongea dans le chanvre et l'opium à la mort de son aîné favori. Moi, pris entre les effluves d'alcool et les vapeurs enivrantes, appris à vivre humblement, me contentant de mon triste sort. Ma vie bascula lorsque mon oncle, Grégory, irrémédiablement marqué par sa chute dans la Vologne, décida qu'il était temps que je rapporte de l'argent. La législation en matière de tapinage étant très restrictive, celui-ci conçu le projet d'utiliser mes attributs masculins. C'est ainsi qu'un beau matin, alors que je pensais aller aux champignons avec Tante Huguette, je me retrouvai chez l'apothicaire, qui me délesta de mes rognons pour en faire un aphrodisiaque à l'usage des bonnes gens. J'ai heureusment rencontré Dieu, mais c'est une longue histoire que je vous narrerai si je suis un jour, si Dieu le veut, ordonné prêtre de l'Eglise Romaine apostolique. In nomine patres! Il m'arrive parfois de pousser la chansonnette à la taverne d'chez Dûchenon, mêlant ainsi ma vois cristaline aux chansons grivoises des malandrins imbibés de liqueur de chataîgne. Ceci me conduisit, et c'est une anecdote côôcasse à m'inscrire à un concours en marge de la Foire aux Moignons de Domèvre, qualifié à l'époque d'hérétique et appelé "A la Recherche du Nouveau Troubadour". Mais encore une fois le sort s'acharna sur moi et j'échouais aux portes de la finale, voyant par là-même s'envoler le premier lot: une visite des géôles du Seigneur Gode Froid et une effigie en saindoux du Saxon Steve Änsigal. Perclu de désillusion, pas assez téméraire pour me jeter de la falaise, je me jetai corps et âmes dans l'étude du droit canon vosgeo-créole, option Yoda, et de l'exégèse des Evangiles selon Jean-Claude. Ordoné curé de Chinon, j'y vécu les premières plus belles joies de mon existence. Malheureusement, ce qui fut le paradis devint peu à peu un lieu de discorde, de couardise et de duplicité, c'est ce qui m'a amené à prendre ballots et mocassins pure chèvre pour arriver à Niort. Ayant obtenu mon affectation à la paroisse Niortaise, je suis aujourd'hui prêt à agir pour le développement du Poitou et de ma ville. Heureusement, le contingent chinonais et important et la taverne Le Bar du Mistral est un endroit jovial où il fait bon refaire le monde...

3 ) CMDT :

"Raoul d’Andresy et Charles-Maurice de Talleyrand S’emparèrent du château, les maudits mécréants ! Venus du comté d’Artois de leur seule volonté Ils tuèrent notre Duc Phooka, le bien aimé !" La libération de la Normandie , Par Leto

Né a Azincourt , créateur du Lys , surtout connu pour avoir déclenché la guerre entre l'Artois et la Normandie , mais également pour avoir tué le Duc Phooka , actuellement en exil a Rome .

4) Lisberg :

Ambassadeur du Poitou en Angleterre , Curé 'ad interim' de la paroisse de Sainte-Geneviève de Loches

5) Damien :

"Bonjour je m'appelle Damien. Je suis issue d'une famille pauvre. Mes parents m'ont payé mes études avec le peut d'écus qu’ils avaient. Grâce à eux, Je me suis retrouvé dans un beau petit village du Duché de Normandie : Lisieux . J'aime ce village car l' atmosphère y est très joyeuse. Les habitants sont très gentils. Avec l'argent que mes parents m'ont légué j' ai pu passer au niveau 1 . Maintenant j' habite une petite maison de Lisieux et je m'occupe de mon champs de blé . Nous sommes bléiculteur de père en fils dans la famille . J'ai été nommé curé de Lisieux par l' archevêque Msg Cesars. J'organise des pélerinages ... Dimanche 3 Juillet 1453, je réouvre officiellement mon ancienne taverne Au ptit St michel !"

6) Knight_who_says_Ni :

"Le mistral n'a certes que rarement soufflé à Niort mais, on l'a plus souvent observé que le Sirocco à Vladivostok"

KWSN

"Arrivé il y a quelques mois à Péronne après avoir passer ma vie à mener le groupe des féroce chevaliers qui disent Ni. Nous écumions les bois et les campagnes à la recherche de voyageurs à attaquer. Nous exigiions pour les laisser passer qu'ils nous procurassent promptement un jardinet, joli, et pas trop cher." Avec un petit effet de dénivellé , également . "Par la suite, il nous sembla opportun de modifier notre stratégie, ce qui nous amena à exiger des imprudents qui croisaient notre route qu'ils abatassent le plus gros arbre de la forêt avec un hareng." Ils étaient devenu les chevaliers qui disent "Eki Eki Eki Pa Tang !!!!" "Un beau jour, lassé de cette vie, et guidé par un instinct mystérieux, je décidai de marcher droit devent moi, et j'arrivai à Péronne où je choisis de m'installer définitivement afin de me consacrer à une activité qui restait à définir." La première chose que je fis une fois installé fut de me rendre à l'Eglise de Péronne, et alors, la Foi me vint, telle une évidence, comme un eclair dans la nuit. Je décidai alors de suivre l'enseignement du père Collateur, qui était le curé de Péronne. Quand je me présentai à son chevet, celui ci, fort chenu, érodé par le sacerdoce et les années, mais aussi par des paroissiens turbulents, me confia tous les mystères de la révelation divine. Il me narra sa vie et dans un soupir, se plaignit que personne ne viendrait à sa suite, que depuis longtemps il ne pouvait plus officier, et qu'il sentait le Seigneur le rappeler vers lui avec force. Il se lamentait non pour lui mais pour ses paroissiens qui allaient rester sans curé la proie du Malin. Je décidai alors de consacrer ma vie à Jésus Christ, et sur son lit de mort, le père Collateur me confia sa bible, les clefs de son Eglise qu'il me chargea de baptiser du nom d'un saint Péronnais. Quand il ferma les yeux, son coeur semblait apaisé et il acceuilli la mort avec joie, sachant qu'il allait rejoindre le Royaume des Cieux ainsi qu'il le méritait. Ainsi je prend modestement la succession de cet ascète qui a toute sa vie durant fidèlement servi Dieu et fut un curé exemplaire. Après avoir quelque temps prêché à Péronne, je décidai de quitter la ville, afin de partir de par le monde et plus spécialement en orient. De retour dans mon royaume d'origine, après avoir suivi l'enseignement de shaolin je viens d'arriver dans mon nouveau village... En quelque jours, je suis juge provisoire de Touraine, et cette fonction qui me plaît beaucoup, me permet de condamner lourdement les criminels récidivistes non repentants, et de me montrer clément envers les faibles et les affamés. Après la fin de mes fonctions de juge, je partis pour Niort où je trouvai un village fort croquignolet. J'y ouvrit aussitôt une taverne 'le bar du Mistral' en hommage à Frémont.

7) Lenuki69

"Sa beauté ineffable et son style merveilleusement agréable, son humour et sa franchise sont tels que je comprends que tu sois attiré par elle. C'est un ange descendu du ciel, un cadeau de la Providence."

Comte Mique .

Déconnecté de tous les mondes, je médite à longueur de journée... Mais... un jour à l'Université, je me suis rendu... Là... magistrale et suspendue, une enseigne paradait : " Connaissances historiques de base " pour 20 écus. La base... l'essentiel... pour inculte... ??? Une telle aubaine et pour... 20 écus, faudrait pas laisser passer ! Mais on m'annonça gravement : " Que je ne connaissais strictement rien." Le paradoxe, dans son énormité, me secoua profondément. Certains pourront une telle secousse comprendre ! Et d'ajouter qu'un tel paradoxe est digne du Macédonien menteur. Drôle de "salade" !!! Une dernière solution s'offrait à moi : " Consulter les ouvrages de la bibliothèque." Réponse. " Il n'y a aucun livre à la bibliothèque." " Monsieur le Recteur, expliquez-moi ce manque ? Où donc les livres sont-ils stockés ? S'en sont-ils retournés au coeur de l'Antiquité pour, par quelques thèses nouvelles, séduire Platon, Socrate, Aristote et tous les autres... ?" Il ne me reste plus qu'à philosopher à ma manière... Heureusement que je possède le MANUEL d'Epictète, et on est bien obligé de constater que ce MANUEL est un best-seller à travers les âges. Vite, passez un coup de fil à SIMPLICIUS et immédiate interprétation de ce petit bijou vous sera livrée... et... pas un seul petit écu ne vous sera demandé !

8) Malitourne

"Mais j'ai appris à te connaître et je sais combien tu es loyal et noble"

Comte Mique

Fils de Hubert de la Brenne, onzième du nom, seigneur de Rosnay, et de Clothilde de Buzançais. né en 1421 au Château du Bouchet en la seigneurie de Rosnay. Ses errances involontaires le conduisent a Varennes , Chinon et Chateauroux . Son père, qui a combattu aux côtés de Jeanne d'Arc à la bataille de Patay, lui enseigne l'équitation et le maniement des armes. On dit qu'il un des meilleurs archers du Royaume . Il a reçu les rudiments de son éducation chez les bénédictins de l'Abbaye de Fontgombault, avant de prendre les routes du Royaumes.

Il fut Connétable de Touraine et Maire de Chinon , et Pilier de Touraine de l'Ordre Hospitalier du Saint-Graal .

Les textes et récits narrant la vie de Mique :

Comte rendu de la leçon d'escrime du Village de Varennes

[...]A nouveau , Le sieur Mique s'est illustré , faisant voler en éclat le bouclier et l'épée de son adversaire , une amende est en cours de paiement [...]

LA LIBERATION DE LA NORMANDIE ( Chanson de geste ) Remerciements a l'Université des Royaumes Renaissants .

Le 13 mai 1452 : La traîtrise et le Serment de Rouen

Raoul d’Andresy et Charles-Maurice de Talleyrand

S’emparèrent du château, les maudits mécréants !

Venus du comté d’Artois de leur seule volonté

Ils tuèrent notre Duc Phooka, le bien aimé !


"Maudits soient-ils jusqu’à leur dernière heure"

Ont hurlé d’un cri tous les normands, en malheur

En apprenant la bien triste nouvelle de la mort

Du bon Seigneur, tué en traître à l’aurore…


Pour les mécréants, l’honneur d’Artois était blanchi

De l’affront de Bertincourt de l’odieuse Normandie !

Ce fut le discours de l’usurpateur, l’assassin qui

Prit le nom pour tous de Duc Félon, futur banni !


Très vite en Normandie, les habitants prirent les armes,

Grondant, fleuve énorme, sur les joues des larmes

Amères emplies de vengeance, huant le drame,

De ce matin rouge qui a blessé toutes les âmes…


Certains alors s’élevèrent, et bien fort prononcèrent

Ce qui devint le "Serment de Rouen", vœu si fier :


"Je jure sur notre Sainte-Mère l’Eglise

De ne pas lâcher les armes

Tant que la Normandie

Ne sera pas gouvernée par les normands !

Je jure également

De ne pas utiliser cette trahison

Pour porter les armes en Artois !

Par ce serment je deviens

Chevalier protecteur de la Normandie,

Et engage tous les Normands à faire de même… "


Et les révoltes commencèrent

Pour reprendre le château d’hier…


14 mai au 17 mai 1453 : Contre la sorcellerie et le Château

Les villes normandes les unes après les autres tombèrent

Aux mains ensanglantées des traîtres de l’enfer !

Les Normands combattirent et s’opposèrent

De longues journées et des nuits entières…


Mais cette prise des mairies était sorcellerie (multicompte)

Et elles revinrent vite aux combattants bénis,

Ceux qui levaient le poing pour cette vie,

Cette liberté que tous avaient choisi !!


Il restait le Château occupé par le Duc Félon !

La résistance s’organisa contre cette trahison,

Préparant la bataille finale, l’ultime dévotion,

Visant à reprendre le fief sans effusion…


18 mai 1453 : La Grande Révolte et l’arrivée du Roi Lévan

En un mouvement massif, les troupes vinrent de loin :

Tous les villages de Normandie étaient sur les chemins !

Les armées se regroupaient, avançaient main dans la main

Pour écraser le mal incarné et sauver les lendemains…


De Bayeux, la milice était conduite par Elgrande et Triala ;

Les troupes bayeusiennes par Sieur de Normandie ; les villageois

Par Miki54 et bien d’autres âmes vaillantes encore étaient là ;

De Bayeux à Rouen, criant, jurant, hurlant " A bas ! "…


Pour Honfleur, Akxos dirigeait les troupes et Amoulesolo

Guidait la garde tandis que les villageois en un écho

Marchaient avec Kalagane ; Hellbrother chantait haut,

De Honfleur à Rouen, criant, jurant, hurlant " Mort au fléau ! "…


A Fécand, un nom puissant réuni derrière lui

Les troupes, les villageois, les gardiens, tous unis ;

Suivant Elric, les armes aux poings contre l’ennemi !

De Fécand à Rouen, criant, jurant, hurlant " Soyez maudits ! "…


Depuis Lisieux, une longue colonne marcha, guerrière

Robuste, toute vêtue d’armures, ainsi qu’Hubert

En tête de file, suivi de Wanou35 et bien d’autres militaires…

De Lisieux à Rouen, criant, jurant, hurlant " Brûlez en enfer ! "…


Enfin d’Avranches, le Bijou de la Manche, vinrent les feux

Les plus résistants, guidés par Thamior, Enox, Italo, et ceux

Qui ne vivaient que pour la liberté perdue, contre les belliqueux…

D’Avranches à Rouen, criant, jurant, hurlant " Honneur scandaleux ! "…


Une marée humaine affronta en un moment, en un assaut

Les murailles puissantes, défendues ardemment, du Château

Pour tuer les usurpateurs… Mais si l’espoir était beau,

Les gardes félons repoussèrent les rebelles en un flot…


La rage flottait dans l’air, " Nous ne pouvons échouer "

Entendait-on dans les troupes qui ne voulaient pas rater

Cette dernière rebellions… Ici des larmes d’échec coulaient

Et là les cœurs étaient serrés, implorant Dame Liberté !


Quand soudain au loin un cor sonna : qui arrivait ?

Le Roi Lévan et toutes ses troupes de Chevaliers

S’avançaient vers les remparts, venus pour libérer

La Normandie, la rendre à ses Normands si attachés…


En quelques heures seulement, tout fut fini :

Les troupes royales avaient tout conquis,

Capturé le Duc Félon et ses soldats soumis…

La joie régnait, en ce jour de libération choisi !


22 mai 1453 : Dernier hommage à feu le Duc Phooka, aux soldats morts

La Duchesse Titecarcajou, future mère, portait le noir

Du deuil pour son mari que tous pleuraient ce soir…


" Est-ce que la Liberté de la Normandie vaut la vie

D’un homme de bien ? Nous l’avons crus autrefois,

Il faut le croire à nouveau ! Il était Duc de Normandie,

Il s’est battu pour Elle, il est mort pour sa Liberté,

Honorez le ".


Et les pensées émues allèrent aussi aux soldats morts

Dont Kalagane fut l’emblème, lui qui était si fort…

Dernière prière à tous les soldats morts

" Merci d’avoir donné vos vies, permis le réconfort… "


Et sur toutes les joues l’eau coulait, en silence,

Les processions de joie mêlée à la souffrance…

La Normandie était libérée mais blessée à outrance

Dans son âme, dans son cœur par la violence…


Les louanges chantaient la Libération, la trahison,

La bravoure, le courage des soldats, la rébellion,

La tristesse, la vaillance, l’honneur, l’émotion,

Le dévouement des Normands, leur passion…


24 mai 1453 : La nomination d’un conseil ducal provisoire

Avant que les 13 jours donnés avant les prochaines élections

Ne s’écoulent, le Roi forma en ce jour un nouveau bastion

Provisoire, formé des combattants de la libération

Et présidé par lui-même en gardien de raison…


En procureur : le Roi Lévan, le Comte fut Thamior d’Avranches ;

Y prirent part aussi Helric pour Fécand, Hubert de Lisieux,

Hellbrother pour Honfleur et Sieur de la ville de Bayeux…

Une union soudée de toutes les villes de la Manche…


La liberté retrouvée si chère aux Normands

Montre ainsi aux autres duchés que le temps

N'est rien ! Seul le coeur et le courage de chacun

Permettent la victoire, permettent l'espoir, permettent un "demain" !


Merci aux nobles coeurs de Normandie

Merci à ceux qui ont donné leur vie

Merci aux combattants, ceux qui glorifient

Chaque jour la Paix, la Liberté, l'Amour aussi...

Auteur : Leto

La bataille de Dieppe( Chronique )

[....] "Contre chaaarge !!!!!" Le hurlement du terrible Viking Akxos venait de retentir , et ce fut bientot 300 Normands qui coururent sur le champ de bataille , sus a la cavalerie artésienne , qui a pied , qui a cheval , horde avide de vengeance , armée de bric et de broc : nous voyions qui arborer un couteau , qui une épée , pour certains une lance , voire des haches pour les féroces Vikings . Sous le bombardement des catapultes , Mique fit volte face sur son cheval , saisissant son épée longue , et décapita d'un ample mouvement un piquier artésien . La mêlée était atroce , les têtes volaient en tout sens , les ventres s'ouvraient , on entendait de partout d'exaltants cris de guerre : " Phooka ! Phooka ! Normandie !" Monté sur son fier destrier , Mique chargea , derrière Akxos qui déjà fauchait l'ennemi comme du blé mur , avec son énorme hache a double tranchants ... Devant leur avancée tous s'enfuyaient, car ils avaient l'air d'anciens seigneurs celtes ; Et tout en se battant, ils semblaient possédés par la frénésie berserk, ils chantaient, tuaient et tuaient encore ; l'Artois perdit en ce jour nombre de guerriers sous leur lame [...]

Un chroniqueur normand, 1453.

Soirée des 3 ans des RR