Roger de Gràcia

De Wiki de l'histoire HRP des RR.

(en catalan)

Brève histoire de Roger

Roger de Gràcia el Pelós i Valls a un passé incertain, pas du tout clair, il a beaucoup de questions sans répondre et beaucoup de points d'interrogation de sa vie que dissiper.

Son Parrain, Dom Guifré el Pelós, il lui a expliqué qu'il était né en une ville du principat de Catalogne, mais que ses parents, ils l'ont donné à l'orphelinat de Monzón.

Guifré a parrainé Roger et il s'est fait charge de lui. Il l'a traité comme un fils, il l'a éduqué comme un fils, et il l'a préparé comme un fils. Roger parfois demanda à son père adoptif, pourquoi il l'a accueilli à son foyer, pourquoi il lui a donné du repas et s'est préoccupé de lui, quand il n'avait aucune obligation de le faire.

En Guifré il se limitait à dire qu'il n'avait pas d'enfants et à ce moment de sa vie il a décidé de l'accueillir dans la sienne poilue et accueillante maison, plus que rien pour que ilusion lui faisait et il en avait envie de faire aquets pas, car comme il n'avait trouvé aucune femme avec qui lui veux engendrer un fils, il en était sûr.

Au bout du temps, Roger s'est fait âgé, il a mûri et il a décidé de partir de Monsó, il a décidé de s'en aller à Urgell, où de voyage, il avait connu à de grands amis, et à de merveilleuses personnes.

Dans ce temps, en Guifré il vivait à Caspe, cela est de comprendre qu'une personne si importante que lui et avec tant d'occupations ait dû vivre dans la ville où il aurait plus à la main, ses devoirs et responsabilités.

Roger, on est donc parti direction Urgell, en passant par Lleida, jusqu'à arriver au beau bourg urgellenc. Là il a connu à plus de gens, il a fait plus d'amis et il a commencé à découvrir la vie, enfin il avait pu sortir du village de Monsó, enfin il pouvait et il avait commencé à connaître monde, un monde nouveau et dangereux, avec un avenir incertain, et compliqué.

On a fait du parti politique, La Menestralia, parti politique catalan, de la terre, qui luttait pour les droits du village et pour une liberté d'expression, qui n'admettait pas une politique centraliste ni autoritaire.

Roger connaissait le catalan à la perfection, à plus de le parler relativement bien. En Guifré il lui a montré la langue, quand le de Gràcia n'était qu'un garçonet. Pour cela, il ne lui a coûté pas du tout de s'intégrer dans le principat, ni de se communiquer avec le reste des habitants de celui-ci.

Mais Roger voulait connaître à plus de gens, explorer monde et aller avec ses amis, est allé à Tortosa.

Néanmoins, de chemin à la belle ville de l'Ebre, il a fait escale à Lleida, et il a décidé de rester quelques jours plus. Là il s'est trouvé avec des gens réellement désagréable, qu'il avait des tendances politiques totalement opposées à celles de son parti, et à cause de ce simple fait, Roger s'est déjà converti pour elles en un ennemi, en une personne détestée. Après quelques maux entendus et manipulations tu varies, ils ont dénoncé à Roger pour, simplement, défendre sa position. Les deux accusateurs, ils ont faussé la réalité, ils ont changé les mots de contextes et ils ont profité de l'inexpérience de Roger, cher un ignorant était encore et il n'était point connaissable de la puteria et mauvaises intentions des gens.

Une fois à Tortosa, Roger a monté une taverne, une taverne où il a connu l'Irial, personne avec laquelle une relation a commencé amoureuse et sentimentale que, temps plus tard, finirait par se convertir en une relation d'instabilité et discussions. Roger, a décidé de commencer sa carrière politique, et l'a fait en se présentant dans les élections comtales, avec la liste de La Menestralia. Il fut élu, et comme nouveau conseiller, il a dû aller à Barcelone, avec l'Irial, pour pouvoir travailler dans les bureaux de la Generalitat, et ainsi pouvoir accomplir ses devoirs et responsabilités.

Celui De Grâce, a été présenté plusieurs fois comme conseiller de la Generalitat, et en toutes, est sorti choisi, à côté d'autres compagnons artisanaux, il a occupé les charges de capitaine, et deux fois juge du Principat de Catalogne.

Il s'est marié à l'Irial, l'illustre Sorkunde Valls a annoncé la cérémonie, et avec elle, beaucoup de ses chers amis ont comparu, qu'il tient à longtemps qu'il n'avait pas vu. Entre quelques autres, en Guifré, son aimé et cher "père".

Ils l'ont nommé diacre Barcelone, pour servir à Dieu et pour guider aux fidèles, il l'a fait totalement de manière vocationnel, il entendait de l'amour vers Dieu, il croyait avec Lui, bien entendu, et il l'adorait par-dessus tout et de tout le monde.

Ils ont passé les jours, les semaines, les mois, Roger à chaque fois avait plus de travail, et plus d'amour vers Déu Totpoderós.

Au bout du temps, Roger s'est livré en corps et âme a Dieu, à chaque fois il était plus sûr que son objectif et engagement, c'était de prêcher le mot de l'homme, et de guider aux fidèles par le bon chemin. Avec beaucoup de pitié, et tristesse, Roger a laissé à son épouse, l'Irial, et anulla de fait son mariage, puisque il n'avait pas donné de progéniteurs, au moins publiquement, pour se consacrer au maximum pour Dieu nôtre Seigneur. Roger il s'est livré en corps et âme, il prêchait, il priait et il veillait sur le mot de l'Homme. On passait les nuits étudiant et copiant longs des textes et des parchemins, qui l'ont aidé à se former, aussi spirituellement, que culturellement. Il prêchait à chaque lieu où il allait, il portait toujours le mot de Dieu.

Celui de Grâce était un amant de la justice, et ils l'ont nommé lieutenant de police de Barcelone, en plus de juge du comté de Barcelone.

Néanmoins, les problèmes de Roger n'avaient pas encore fini, l'Archevêque de la diocèse de Tarragona, il ne voulait pas le nommer curé, après tout ce qu'il a fait, après le tas de choses qu'il avait sacrifiées pour pouvoir servir à Dieu, il a été une fois très dure pour lui.

Roger a beaucoup médité sur que faire, si doit s'aller à autre diocèse pour que l'autre Évêque le nomme du soin, ou rester à Barcelone, résignant et ne faisant pas ce qu'il voulait véritablement faire. Après beaucoup d'heures méditant sur le sujet, Roger a décidé de s'en aller à Lleida, lieu où pouvait être du soin (puisque l'Évêque, logiquement, n'a eu aucune sorte de problème à le nommer prêtre).

Il a dû détruire sa boucherie de Barcelone, et en construire une autre à Lleida, et vendre le champ de légumes de Barcelone, et acheter autre à Lleida.

Mais il l'a fait avec du goût, et pour qu'il voulait, il voulait prêcher le mot de l'Homme, indifféremment s'il perdait de l'argent ou non, pour que l'argent, il ne lui donnait pas la félicité, ni il lui complaisait. À cause de son énorme expérience comme police, le préfet de maréchaux, Lieutenant de Police de Lleida, en lui accordant ainsi, une grande responsabilité qu'à partir de maintenant, Lleidatanes devait assumer en terres, l'a nommé.

Une fois a fini sa tâche comme juge, et fatigué déjà d'exercer en tant que tel, il a décidé de laisser la politique dans le domaine général, et il a été présenté comme maire de Lleida.

Roger n'a pas pu réussir à gagner ses premières élections, néanmoins il a sorti très bons parus 45% des votes, ils ont été très égalés. Aux prochaines élections il s'est présenté et, cette fois oui, il a gagné clairement, en enlevant 52% des suffrages, et pour pouvoir se consacrer à 100% à la mairie, il a démissionné comme lieutenant de police de Lleida, avec son équipe de gouvernement et une envie impressionnante de travailler pour le bien de Lleida

Soirée des 3 ans des RR