Thalor de Riveroy

De Wiki de l'histoire HRP des RR.


Henri-Phillipe de Riveroy dict Thalor (né le 19 novembre 1430 à Chinon, en Touraine) est l'actuel évêque de Beauvais. Il a occupé plusieurs fonctions en Touraine, en Confédération Helvétique et en Orléans reliées à la politique et à la religion. Ce dernier est membre de la famille de Riveroy.

Sommaire

Biographie

Jeunesse

Thalor est né le 19 novembre 1430 à Chinon lors d'un voyage en Touraine de ses parents Jean de Riveroy et Marianne de Bellechasse. Après leur retour en Orléans, il partagea sa jeunesse avec ses parents, son frère et sa soeur. Très tôt, son père prit la décision, comme il en était aussi la tradition pour plusieurs autres familles issues de la noblesse, d'envoyer son plus jeune enfant étudier dans un séminaire aristotélicien. C'est ainsi qu'alors âgé de douze ans, il arriva à l'Abbaye Saint-Louis de Montmirail où monseigneur Robert Savoie le reçut comme élève.

Un jour, alors qu'il étudiait tranquillement dans le réfectoire du Séminaire, on lui fit parvenir une lettre scellé du sceau des Riveroy. Une nouvelle tragique le bouleversa à jamais, ses parents étaient décédés suite à une forte épidémie de fièvre qui avait fait rage dans la région parisienne et ses alentours. Sa sœur Surella avait dû quitter pour se réfugier au Berry alors que son frère Arfast avait décidé de rester pour sauver le foyer familial à Patay. Cette épreuve déclencha en lui une soudaine et forte piété et il décida de faire de l'aristotélisme sa carrière à venir. Bien décidé, il quitta Montmirail en 1447 pour retourner dans le village qui l'avait vu naitre : Chinon.

Alors qu'il venait d'avoir ses dix-huit ans, il décida de mettre toute ses économies dans l'achat d'une terre moyenne en périphérie du village. Encore inconnu de tous, il devait travailler seul et sans relâche dans ses champs afin d'en retirer un modique revenu. Avec le temps, le curé de Chinon, Grimberdine de Xanten, l'aida dans sa démarche, agissant un peu comme un guide spirituel pour la jeune âme en peine qu'il était. Le fidèle commença ainsi à exécuter différentes tâches à la Collégiale Sainte-Mexme et suiva son catéchisme.

Chinon

Après quelques années d'absence, son frère Arfast lui fit une courte visite dans sa modeste maison de Chinon. Les deux hommes se racontèrent brièvement leurs souvenirs en se promettant de se revoir bientôt. Quelques mois plus tard, il se fit baptiser par le Père Grimberdine. Les bonnes récoltes qu'il venait de faire lui permit alors enfin de prendre un certain repos et de s'impliquer dans sa nouvelle communauté. Il devient ainsi ambassadeur tourangeau en Artois le 5 janvier 1456 puis diacre de Chinon le lendemain, tâche à laquelle il travaillera ensuite pendant plus d'un an, à la demande soutenu du Père Grimberdine voyant en lui les qualités requises pour devenir un bon ecclésiastique.

Par la suite, Thalor de Riveroy s'impliquera en politique; Premièrement en tant que député de Chinon au Parlement tourangeau. Par la suite comme conseiller de diverses fillières à la mairie de Chinon. Il joindra plus tard la liste ducale du Père Grimberdine (TEFAL) qui lui permettra d'exercer pendant un mandat le poste de Commissaire aux Mines. On lui proposa par la suite d'assurer l'intérim du poste de Chambellan de Touraine resté vacant quelques mois. Après quelques temps en politique et toujours diacre à Chinon, l'Archevêque de Tours lui propose de financer le montant nécessaire à devenir érudit afin qu'il puisse devenir théologien en échange de prendre la cure de Chinon laisser vacante. Il fut donc élever à la prêtrise par ce dernier puis nommé curé. Au cours de ses derniers mois en Touraine, il occupera aussi le poste de vicaire diocésain jusqu'à son départ définitif.

De l'Orléans jusqu'en Confédération Helvétique

Après plusieurs années loin de sa famille, Thalor de Riveroy prit la décision de tout laisser derrière lui ce qu'il avait bâtit en Touraine, ses amitiés et ses avoirs, pour retrouver la terre de ses parents. Alors qu'il hésitait toujours à déménager à Patay dans le village natal de son frère Arfast, l'évêque Otto Bismark, ayant eu l'information qu'un nouvel ecclésiastique comptait déménager en son diocèse, lui fit parvenir une lettre lui proposant d'occuper la cure de la capitale orléanaise ce qu'il accepta. Au cours de ses quelques mois à Orléans, il fondera l'Abbaye aristotélicienne de Saint-Thomas d'Aquin qui restera à jamais son legs à la paroisse. Il y œuvra quelques temps comme Abbé supérieur.

Pendant cette période de sa vie, le Riveroy eut plusieurs révélations qu'il attribut à Saint François. À partir de ce moment, il eut le besoin de vouloir aider de manière encore plus soutenue les fidèles aristotéliciens. Après avoir laisser sa trace et divulguer son message de Paix dans les villes et villages du centre du Royaume, Thalor décida d'entamer un long voyage spirituel dans une région qu'il ne connaissait que très peu encore, la Confédération Helvétique. Il avait eu vent d'un appel aux candidatures pour le poste d'Évêque du diocèse de Lausanne, et, après mûre réflexion, décida de s'engager dans cette nouvelle voie. Élu par l'Église du Saint-Empire, il devint ainsi évêque dans un climat instable dû à la tourmente actuel vis-à-vis les aristotéliciens réformistes. Il tentera tant bien que mal d'apporter plusieurs solutions à ce conflit durant son mandat notamment en ce qui concernait les actions douteuses du Lion de Juda dans certaines paroisses. Malheureusement, le pacifisme qu'il avait alors prôné n'a pas eu de succès alors que les armées romaines ont décidé de prendre en croisade cette terre. D'autres conflits surviendront, notamment à Genève, alors qu'il décida de remettre sa démission pour des raisons de sécurité. Protégé par des gardes épiscopaux, il s'exila en Provence. Il y retrouva son frère Arfast et sa femme Joshin par hasard alors que ces derniers étaient en campagne militaire pour l'Ost Orléanais. C'est à ce moment qu'il mit fin à sa retraite spirituelle et qu'il choisira la sage décision de retourner en Orléans avec sa famille.

Patay, le retour aux sources

De retour en Orléans où est basé la famille de Riveroy, il proposa au nouvel évêque, monseigneur Dariush, de prendre en charge la cure de Patay laisser inactive par son ancien curé. Connaissant son long parcours, il acquiesça volontiers. Fatigué et ruiné de tous ses voyages, Thalor de Riveroy finira par s'installer confortablement dans ce nouveau village qu'il espère être celui qui le verra aussi un jour mourir. Le nouveau curé achètera d'un patichon partant de nouvelles terres puis bâtira son échoppe de charpentier. Il entame alors sa vie de volupté ainsi que des cours à l'université. Depuis quelques temps, il s'investit à l'essor de la famille de Riveroy. Celle-ci travaillant actuellement à la construction du port de Blois, son avenir se tournera peut-être vers le commerce maritime, l'exploration et le développement à l'étranger...

Curriculum vitae

Anciennces fonctions

  • Évêque de Lausanne
  • Curé de Chinon
  • Curé d'Orléans
  • Curé de Patay
  • Abbé Supérieur de l'Abbaye Saint-Thomas d'Aquin
  • Vicaire diocésain de l'Archevêché de Tours
  • Chambellan de Touraine
  • Commissaire aux mines de Touraine
  • Ambassadeur de Touraine en Artois
  • Parlementaire tourangeau
  • Aumônier de l'armée ducale de Touraine
  • Conseiller municipal filière textile à Chinon
  • Conseiller municipal religieux à Chinon
  • Tavernier de la Mission Saint-Louis

Décorations et diplômes

  • Licence en théologie franciscaine (Séminaire primaire)
  • Médaille du fidèle aristotélicien
  • Médaille d'élévation au diaconat
  • Médaille d'élévation à la prêtrise
  • Médaille d'évêque
  • Médaille du vicaire diocésain
Soirée des 3 ans des RR