Vita Miqui Magni

De Wiki de l'histoire HRP des RR.

Vita Miqui Magni ou la vie du Grand Mique par son descendant Jacques-Pierre Brissot

Sommaire

Avant-propos

S'inspirant du texte fondateur de Wilhelm de Murat, Mique, cet homme, votre dévoué serviteur va vous narrer sa version de la vie du comte Mique le Grand. Un regard critique de toutes les sources à disposition depuis le martyr de cet illustre personnage permettra d'avoir une nouvelle vision plus pertinente que celle donnée par l'historiographie classique. Les propos autobiographiques remis dans leur contexte, les témoignages de ses amis mais aussi de ses ennemis, tout ce qui pourra être utile à comprendre la personnalité du premier comte du Poitou sera mis sous les yeux du lecteur.

Les années de formation

La fuite de Varennes

Alors que la mer du Nord était en furie, trois couples originaires de Scandinavie naviguaient vers le royaume de France où régnait alors Lévan II l'Increvable. Il y avait les deux frères Niffelheim et l'aîné des Walhalla. Deux familles puissantes dans le Nord, mais qui voulaient pour leur progéniture de nouveaux horizons et de nouvelles richesses. Leurs femmes respectives étaient toutes trois fort courageuses et enceintes. L'aîné des Niffelheim s'installa à Péronne et sa femme donna naissance à un petit Knight_who_says_Ni. L'aîné des Walhalla s'installa à Honfleur où sa femme mis au monde le petit Akxos. Enfin le dernier enfant naquit à Varennes, et il s'agit de Mique.

La prime enfance champenoise de celui qui serait un jour l'homme le plus puissant du grand ouest est intéressante à plusieurs égards. Quand il fut en âge, il commença à se battre à l'épée avec ses petits camarades de paroisse. Il fit notamment la rencontre d'un maître d'escrime nommé Maître_Po qui lui offrit une épée de bois avec son nom gravé dessus. Il fit office de père de substitution, après la mort de son vrai père lors d'une rixe en taverne. C'est alors que voyant le tempérament de fougue de son aîné, qu'Oriane, la mère de Mique décida de lui parler pour lui annoncer le décès paternel datant du 5 janvier 1453. Elle était un peu prophétesse en son pays et lui fit comprendre qu'il aurait à choisir entre une vie longue et fade et une vie courte mais glorieuse. Brûler d'un coup et éclairer le monde de sa lueur éternelle ou se consumer à petit feu, dans une existence sans grand intérêt. Il ne pleura pas, mais accepta le fardeau maternel et le deuil paternel.

La joie revint dans la petite famille quand naquit Pfjedi88, le frère posthume de notre héros. Pendant ce temps-là, Akxos et Knight grandissaient dans leurs village respectifs, l'un deviendrait Tyran de Honfleur le 13 mai 1453, l'autre prendrait pour vocation la prêtrise, instituant le culte des reliques de Saint-Roger à Péronne. Mique quant à lui prenait son temps et mangeait beaucoup de légumes. Il décida ensuite de quitter le cocon familial et de fuir Varennes, confiant sa mère à son petit frère.. Eu lieu alors son baptême dans l'église Saint-Roger et le cousin Knight fut l'officiant, tandis qu'Akxos était le parrain ; Mique et Akxos firent la route vers la Normandie ensemble tandis que celui qui disait Ni restait avec ses ouailles pour le moment. Le culte aristotélicien était alors en gestation.

T'as voulu voir Honfleur et tu as vu Honfleur

Lisieux ou mon escroc bien aimé

Soirée des 3 ans des RR