Ordre Royal de la Licorne

De Wiki de l'histoire HRP des RR.

Ordre Royal de Chevalerie de la Licorne

Sommaire

Historique

L'Ordre Royal de Chevalerie de la Licorne fut le premier Ordre de Chevalerie du Royaume de France à émerger des cendres encore fumantes laissées par les terribles saignées de la guerre de Cent Ans sur le royaume du bon roy Lévan II. Il naquit à la base des efforts de trois hommes de bien rassemblés, selon la légende, en une taverne crasseuse d'Artois, ceux du chevalier Scinarf de Clermont, du chevalier Hubert de Roques, vicomte d'Harfleur, et de saint FrèreNico, à l'époque simple frère Franciscain. Alors que pendant de longues années, avant l'avènement des Lévanides, le royaume s'était trouvé confronté à de terribles querelles de succession, initiées depuis les roys maudits, ces hommes avaient la volonté de contribuer au maintien de l'unité indestructible du royaume de France contre tout félon, roy étranger ou toute personne désireuse de défaire l'unité chèrement acquise du royaume sous la bannière du premier des Lévanides, alors comte d'Artois. Epées tirées, ils jurèrent ce soir là de défendre le royaume contre ses ennemis, internes ou externes, et de tout faire pour conserver la paix, l'ordre, la justice, à l'intérieur des différents duchés et comtés, et cela par tous les moyens honorables. C'est ainsi que naquit l'Ordre des Pauvres Chevaliers d'Artois, issus de la règle de Saint François, qui, après quelques modifications, devint l'Ordre des Chevaliers à la Licorne (le DE étant plus tardif, selon des manuscrits récemment retrouvés par l'archéologue Henri Tournelle sous les tours de la forteresse de Ryes, que l'ordre acquérera sous Aegidius le grand, en 1432). La date exacte de sa création demeure toujours aujourd'hui un mystère, bien que la plupart des manuscrits la situent début 15e siècle, sous la pleine lune.

Symbolique de l'Ordre de la Licorne

  • Emblème

La Licorne cabrée: symbole de pureté, de justice, et à la base de la virginité, elle sera conservée comme emblème de l'Ordre pour sa symbolique concordant avec la devise de l'Ordre. C'est ainsi l'animal qui incarne Justice, Honneur, et Bravoure.

  • Devise

"Justice, Honneur, Bravoure" : Devise générale.

"Justice et Bravoure", "Pour la Licorne": Cri de guerre.

  • Intronisations et adoubements

Toujours aujourd'hui, le rituel de l'intronisation de l'impétrant ou de l'adoubement d'un frère demeurent énigmatiques et très secrets, alimentant autant de spéculations que le légendaire rituel des Templiers. Il devait probablement se conformer à l'adoubement chevaleresque (serment, frappes de l'épée, claque, etc.) sur certains points. Mais aucune certitude n'existe, malgré la notation, chez Eudebert de Guermantes, père abbé de l'abbaye des Cordeliers, que certaines intronisations se faisaient parfois au grand jour, dans une clairière ou un bois, voire, parfois, sur un champ de bataille après l'affrontement.

Fonctionnement de l'Ordre

Bien qu'ayant changé en fonction des besoins du siècle, tout au long du 15e, le fonctionnement interne de l'Ordre resta globalement toujours le meme:

  • Le Haut-Conseil

Formé du Grand-Maistre, de deux Capitaines qui secondent le Grand-Maistre, et de plusieurs Lieutenants-Commandeurs (leur nombre variera plusieurs fois) aux tâches réparties, le Haut-Conseil gérait la vie de l'Ordre, au niveau de ses forteresses, de ses prises de position, de ses missions et de ses charges.

  • Les fils de la Licorne

Leur nombre variant beaucoup au cours des années entre les guerres et les expéditions, il resta malgré tout globalement assez constant, grace à un fort recrutement. Ils étaient répartis en grades, donnant droits à des honneurs divers:

Ecuyer
Nouvel arrivant dans l'Ordre, disposant à son entrée d'un uniforme, d'un mantel de pélerine grise doublé pour les nobles et frappé d'une Licorne au niveau du coeur et dans le dos, ainsi que d'une arme identifiant le possesseur comme fils de la Licorne. Il est la base de l'Ordre, participant aux missions, sous les ordres des plus gradés, parrainé par eux, et ayant droit de parole lors des discussions qui se déroulaient en salle du Chapitre, comme dans les monastères, mais aussi lors des discussions plus générales ayant traits aux opérations. Il arrivait aussi que des discussions soient organisés lors de grandes réunions des chevaliers lors de Grands Chapitres, qui avaient souvent lieu en Ile de France.
Errant
Grade dont l'accès impliquait une participation active et un soutien aux missions de l'Ordre, symbolisé à l'époque par une armure et un destrier. C'était l'époque où le fils de la Licorne était déclaré Errant, et qu'il sortait de son duché pour aller sur les routes de France, apprendre dans les autres duchés. On a ainsi pu noter des voyages d'Errants tels que ceux de Mathieu de Saint-Matheus, aboutissant à des écoles d'escrime, ou ceux de François-Tarkin KroNemBourg, qui voyagea selon la légende jusqu'au Saint-Empire.
Cavalier
Grade récompensant de nombreuses missions accomplies au sein de l'Ordre, il était symbolisé par la remise d'une lance et d'éperons, qui faisaient ainsi de l'ancien Errant un véritable cavalier. Il devait alors affermir le lien avec sa monture, et menait ainsi des opérations à grande échelle dans tout le royaume. Le grade de cavalier donnait le droit de devenir Lieutenant-Commandeur, et d'ainsi occuper une place prépondérante au sein du Haut-Conseil de l'Ordre.
Chevalier
Grade ultime de l'Ordre, accomplissement final, il représentait l'aboutissement de la vie du chevalier dans l'Ordre, guidée par la Justice, l'Honneur, et la Bravoure. Symbolisé par la remise de l'écu, il faisait entrer dans la caste des chevaliers et, de fait, devenir noble reconnu officiellement par l'hérauderie française. Et bien que l'Ordre n'ait jamais été dépourvu de nobles (dont la plupart occupaient de hautes fonctions), il ne manqua pas de chevaliers non-nobles au départ: on peut ainsi citer les chevaliers Alérik de Mirabeau, Simonin d'Albizzi. Le grade de chevalier donnait le droit de devenir Grand-Maitre ou Capitaine, après approbation par le Haut-Conseil de l'Ordre.
  • Les hommes d'armes

Elément essentiel de l'Ordre, les hommes d'armes étaient des hommes de rang, parfois nobles, qui servaient de base aux opérations militaires de l'Ordre. Ainsi, ils jouaient le role de fantassins ou de cavaliers légers lors des batailles auxquelles l'ordre participa (telles que le combat des Trente, à Azincourt, en 1455). Il est à noter que hormis la preuve de son implication au sein du royaume, aucune demande pécuniaire n'était faite aux impétrants, qui devaient simplement etre en mesure de se nourrir et de s'armer.

Liste des Membres du Haut-Conseil de l'Ordre

  • Grands Maitres:


- Hubert de Roques, vicomte d'Harfleur.

- Amoulesolo, duc de Cabourg.

- Thierry d'Azayes, duc d'Argenton et de la Tour d'Auvergne, comte de Corbières, pair de France.

- Guillaume de Jeneffe, Baron de Marchiennes, Seigneur de Wavrin.

  • Capitaines:


- Chevalier Scinarf de Clermont.

- Meth, vicomte de Lignac;

- Rassaln d'Arduilet, duc d'Amboise et de Luynes, Comte de Meymac, Vicomte de Montbazon, Baron d'Albussac et de Vouvray, Chevalier de Luynes, Pair de France.

- Deny Ferré dict "du lavoir de Murat", Seigneur d'Auzils et de la Clape.

- Erwyn of Kylebonhamm, 35e du nom, chevalier d'Inzinzac Lochrist.

- Rhuyzar, vicomte de Delle.

  • Lieutenants-Commandeurs:


- Giantbigmac

- Enox0

- Will Blackney, vicomte de Montgomery.

- Julios

- Guilhem de Tréviers dict "TT", Comte de Castries, Baron de Tréviers, Chevalier de Maguelonne.

- Shanamir, baron de la Verrerie.

- Alérik de Mirabeau.

- Raphael de Vergy dict "Kratos71", Duc de Bellesme, Comte de Beaumont-sur-Sarthe, Vicomte de Sillé-le-Guillaume, Baron de Saint-Vérain, de Mulsanne, et de Lesparre.

- Hubert Fauconnier dict "Bralic", Vicomte d'Isles et de Montbarrey, Baron de Saint-Laurent en Grandvaux.

- Vincent de Pennedepie dict "Vince78", Vicomte de Trouville.

- Birkut d'Imladris, Baron de Tornac et Chevalier d'Imladris.

- Luzifer, comte de Ponthieu.


(Liste non ordonnée chronologiquement et non exhaustive.)

Devoirs du Chevalier

[A venir]

[Reste à venir, petit à petit]

Soirée des 3 ans des RR