Kratos71

De Wiki de l'histoire HRP des RR.
Avatar


Raphaël de Vergy (10 Juillet 1414 - 18 Janvier 1456), dit Kratos71, né d’Antoine de Vergy et de Jeanne de Rigney, en Normandie dans le village de Fécamp, Comte du Maine du 17 juillet 1454 au 15 septembre 1454, maire de Carcassonne du 6 Février au 27 Février 1454, duc de Bellesme, vicomte de Sillé-le-Guillaume, comte de Beaumont-sur-Sarthe, baron de Saint-Vérain, de Muslanne et de Lesparre. Marié à Izarra et frère de Mosco et de Cerridween.


Sommaire

Les débuts d'une vie de politicien et de voyageur

Né d’Antoine de Vergy et de Jeanne de Rigney, en Normandie, il fut vite laissé à son sort lorsque ses parents décidèrent de l’abandonner alors qu’il n’était que tout jeune enfant. Il fut dès lors recueilli par une famille de seigneurs Normands, qui lui inculqua les bases essentielles du savoir vivre…

Les années passèrent, Raphaël finit par s’installer dans un village non loin du domaine de ses parents adoptifs, dans le village de Fécamp, où il fut rapidement pris sous l’aile du Maire Wakuma, qui plus tard sera Duc de Normandie, qui lui laissa sa chance de débuter en politique au sein du conseil municipal, ainsi qu’en le laissant côtoyer certains grands politiciens Normands de l’époque à travers la création d’une liste ducale, Mangez Des Pommes (MDP2)…Ce qui lui permit d’apprendre les bases en matière politique…

En Décembre 1453 il partit, avec nombre de ses amis pour Carcassonne, village du Languedoc, sitôt arrivé, il se proposa de lui même auprès de la mairesse de l’époque afin d’obtenir un poste de sergent de police afin de surveiller les spéculateurs, esclavagistes et autres criminels, il occupa ce poste durant 4 mois. Au deuxième mandat de la mairesse, on lui proposa de s’occuper de l’échevinat des cultures et de l’élevage, poste qu’il accepta volontiers, entrant ainsi pour la seconde fois dans un conseil municipal. Ce fut durant cette époque que son passé refit surface, découvrant dans la ville où il résidait, suite à certains courriers de feu son père, sur son lit de mort, deux de ses sœurs, Cerridween, et Misslinoa, avec qui il noua de fort lien, comme s'ils n'avaient jamais été séparés.

Le mandat de la mairesse touchant à sa fin et celle-ci ne souhaitant plus se représenter, Raphaël tenta sa chance, contre 4 autres candidats. Les élections durèrent 2 tours, Raphaël les remportant au final avec 52,9% des voix. Menant son conseil de main de maître, il fit remonter les caisses de la mairie, suffisamment pour laisser ainsi à son successeur une marge assez importante pour mener la ville sur de bon rail, mais tout ceci fut gâché par une maladie fulgurante, qui cloua Raphaël dans son lit durant un long mois, devant laisser son poste à son adjointe. Malgré cela et suite à son mandat, son remplaçant lui fit l’honneur de le nommer Citoyen d’honneur de la ville.

A la même époque il s’engagea dans l’armée Comtale, prenant directement le commandement de la garnison de Carcassonne suite aux absences répétées de l’ancien Lieutenant. Durant son court passage dans cette caserne il aida à repousser les templiers qui s’étaient massés à la frontière. Il fut aussi mobilisé lorsque la fronde éclata, malheureusement son poste de maire à Carcassonne l’empêcha de partir.

L'entrée à la Licorne, et les guerres

En Mars 1454, ce fut le départ pour Blois, en Orléanais, à son arrivée il fut nommé Lieutenant de police de Blois, puis Lieutenant Fantassins dans l’armée Ducale, où il aida à la mise en place des bases de l’armée sous le mandat du Capitaine Cabanel. A cette même époque il lança sa candidature au très renommé ordre des chevaliers de la licorne, où il fut intronisé écuyer quelques semaines plus tard.

Le temps passait, l’armée Orléanaise commençait à prendre forme. Il proposa sa démission à la nomination d’un nouveau capitaine, Lamis, suivant ainsi dans sa démarche un de ses amis, le grand Rassaln et partit en voyage, traversant le royaume en entier, ralliant tout d’abord Carcassonne, puis retournant dans son village d’origine, Fécamp ou il délivra nombre de marchandises afin de pallier au manque du Duché.

C’est à ce moment là que se monta le conseil provisoire du Maine, Comté que venait de rallier la couronne du Roy Lévan III, où il tenta, et obtint le poste de Capitaine sous la houle du Comte Nakuneuil. La guerre entre le royaume et l’alliance Bretagne/Anjou, éclata, il fut mobilisé par son ordre pour partir sur le front en Anjou, commandant ainsi les forces armées Mainoises de loin avant que celles-ci le rejoignent devant la frontière. Les Attaques furent lancées, un traité de paix signé. Il prit finalement le chemin du retour alors qu’il se trouvait aux portes d’Angers.

A la tête du Maine

De retour au Maine il fut élu à nouveau afin de siéger au conseil comtal, cette fois-ci sous la direction du Comte Chocoboy007, qui le nomma Juge, il pu ainsi continuer le travail effectué jusqu'à présent par l’ancienne Juge, SandyParis. Il créa aussi pendant ce mandat certaines lois au Maine, modifiant d’autres, afin d’améliorer la vie quotidienne au sein du Comté.

De nouvelles élections au Maine, une fois de plus il fut élu, cette fois le sort lui réservait le poste de Comte. Charge au combien difficile à accomplir, au vu du fait du nombre de listes qui furent présentes durant les élections, laissant ainsi un conseil divisé en début de mandat, mais c'est avec une poigne de fer, et une légère dose de diplomatie qu'il réussit au final à rendre ce conseil uni, bien que n'allant pas jusqu'à la franche camaraderie. C’est à ce moment là qu’il rencontra sa futur épouse, Izarra de Ozta d'Harlegnan, qu’il épousa le 22 Juillet 1454 en son castel de Beaumont.

Suite à ce mandat, plus que fructueux à ses yeux, mais moins selon d'autres sources, il reçut les terres de Beaumont-sur-Sarthe, en guise de fief de retraite. Peu de temps après cela, après de longs échanges de missives, il apprit, que l'homme qu'il avait côtoyé au sein du conseil de régence, Mosco , était son frère, malheureusement, celui-ci ne vivra pas assez pour que les deux frères puissent échanger souvenirs de leur jeunesse. Mosco disparaissant, il lègue a son jeune frère, le duché de Bellesme ainsi que la Baronnie de Saint-Vérain.

La vie du nouveau Duc continuant, il arrêta un instant sa vie de politicien, bien que gardant quelques entrées dans l'armée comtale Mainoise, chaperonnant ainsi les nouveaux gradés, donnant quelques avis éclairés, mais ne souhaitant pas apparaître au grand jour, ne cherchant pas la gloire de tout ce qu'il avait pu faire...Puis suite a la demande d'un de ses amis, il se relança dans une liste, mais n'étant pas élu, il dut attendre la démission de sa tête de liste afin de récupérer un siège au conseil, glanant une nouvelle ligne sur son CV déjà bien rempli. Le poste de Connétable devenant désormais sien.

Une nouvelle guerre, de nouvelles fonctions

Malheureusement la seconde guerre débuta, son rôle de cavalier d'un ordre royal primant avant tout autre, il dut se défaire de ses fonctions afin de rejoindre les murailles d'Angers, où il reçut le collier de chevalier de son ordre, ainsi que la fonction de héraut au sein de la hérauderie royale, où il sera connu sous le nom de Licorne. Sur ces murailles il combattit aux cotés de ses frères d'armes, voyant tombé un certain nombre d'entre eux, sous ses yeux. La ville fut finalement prise, un conseil royal d'intendance fut mis en place sous la tutelle du Grand Maître de France Juju di Juliani, qui le choisit pour siéger à ce conseil. Après quelques problèmes d'un autre conseiller, il récupéra a nouveau la place de Connétable, lui laissant ainsi entre-apercevoir, une lueur de remerciement royal pour tout ce qu'il avait accompli jusque là.

La ville fut finalement reprise par les forces Angevino-Bretonne, les conseillers arrêtés, et le Duc emprisonné, et oublié durant un long mois dans les geôles Angevines, alors que de l'autre côté de la frontière, ses compagnons d'armes combattaient en Bretagne, terre où il fut condamné au bannissement, sans ne jamais avoir compris pourquoi. Peut être une nouvelle forme de remerciement Breton pour sa personne, tant adulée dans ce territoire barbare. (Je déconne les bretons...C'était une blague, moi non plus je vous aime pas...)

Finalement libéré, il rentra au Maine, où sa femme accoucha peu de temps après de son premier fils, Guilhem, un enfant à la douceur de son père et à la beauté de sa mère. Cette dernière accédant aussi au trône Comtal, son époux se tient une nouvelle fois à ses cotés, la conseillant du mieux qu'il le pouvait, et prenant aussi le rôle de Général de l'armée afin de soulager celle-ci de l'incapacité de certains à diriger une armée.

La Guyenne et la fin d'une vie

Le mandat de son épouse terminé, et suite à la conquête du Roy de la Guyenne, celui-ci nomma Izarra Régente, laissant ainsi partir le couple pour les terres du sud qu’ils avaient quittées de nombreuses années auparavant. Après le refus de voir son nom associé au rôle de capitaine par la Pairie, le duc finit par accepter le poste de Maistre de Camp de l'armée. Il travailla ainsi aux cotés d'un de ses amis, le Comte Toucoul du Mulet Blanc, ainsi qu'avec le Comte Denys, à la création de ce nouvel Ost au service du Roy.

De nouvelles maladies le frappant, il dut se retirer de ses fonctions assez vite, ne gardant ainsi que ses rôles au sein de la Licorne et de la Hérauderie Royale. Des annonces lui parvinrent, mauvaises: la guerre allait reprendre. Il partit de Guyenne, avec sa jeune sœur qu'il avait réussie à convaincre de rejoindre son Ordre, afin de rallier le Maine. Après des jours d'attente, sans l'ombre d'une bataille, simplement des nouvelles d'armées ennemies s'entretuant, il fut averti par un coursier que son épouse accouchait de nouveau. Se rendant à Beaumont une nouvelle fois, il fut subjugué par la naissance de jumeaux, Constantin et Elianor, mais ne pouvant point rester auprès d'eux, il dut se résoudre, en compagnie toujours de sa sœur, à rejoindre le campement de Montmirail. C'est malheureusement sur le chemin du retour, en début d'année 1455, que les deux cavaliers furent attaqués par une troupe de brigands. Et c'est ainsi que le Duc fut tué, malgré ces nouveaux faits d'armes, tuant quelques uns de ceux-ci, il ne put empêcher un coup fatal de lui être porté. Il décéda dans les bras de Cerridween à quelques lieues du campement, laissant ainsi trois orphelins, une belle fille à nouveau sans père et une veuve.

Titres et fonctions occupées

Titres:

-Duc de Bellesme

-Comte de Beaumont-sur-Sarthe

-Vicomte de Sillé-le-Guillaume

-Baron de Saint-Vérain

-Baron de Mulsanne

-Baron de Lesparre


Charges Royales:

-Chevalier et Lieutenant-Commandeur de l'ordre des chevaliers de la Licorne

-Héraut de la Licorne au sein de l'hérauderie


Charges Comtales et Ducales:

-Comte du Maine

-Régent Consort de Guyenne

-Comte Consort du Maine

-Connétable du Maine x2

-Juge du Maine x2

-Capitaine de l'armée Mainoise

-Connétable du conseil royal d'intendance en Anjou

-Général de l'armée Mainoise

-Mestre de Camp de l'armée de Guyenne

-Lieutenant de l'infanterie de l'armée Orléanaise

-Lieutenant à l'armée de la Garnison de Carcassonne

-Ambassadeur du Languedoc en Auvergne

-Ambassadeur du Maine en Normandie


Charges Municipales:

-Maire de Carcassonne

-Lieutenant de police de Blois

-Sergent de Police à Carcassonne

-Échevin aux cultures et à l'élevage à Carcassonne

-Échevin des tavernes à Fécamp


Autres:

-Commandeur du mérite Mainois

-Médaillé du mérite militaire Mainois

-Vétéran de la guerre Bretagne-Normandie, Campagne d'Anjou 1ère du nom

-Vétéran et prisonnier de la guerre d'Anjou, Campagne d'Angers

-Citoyen d'honneur de Carcassonne

-Capitaine de l'équipe de Soule de Carcassonne et de Blois

Soirée des 3 ans des RR