Le renversement de Louis1er

De Wiki de l'histoire HRP des RR.
LogoRR.gif Article en cours de rédaction, merci de m'avertir avant de le modifier

Sommaire

Préambule

Cette chronique est un aparté de celle de Cthulhu501, aussi si l'envie vous prends de raconter votre version de cet évènement, merci de prendre contact avec le joueur, ou d'ouvrir votre propre page que nous pourrons ensuite lier. C'est sa vision des évènements, forcément tronquée par les informations qu'il possédait.

Contexte

Au début du mois de décembre 1456, Louis1er de la Marche DiCésarini mène la liste PSH en seconde position et suite à la fourberie du Mohum se retrouve Duc de Savoie. Le Duc de Maurienne, Cthulhu de la Chambre, fait ici part du récit des évènements qui s'ensuivirent.

Une situation préoccupante

Le nouveau duc annonce la composition du conseil et là c'est le choc. Si certaines choses étaient attendues la cruelle absence de contre pouvoir dans les trois domaines clés du pouvoir (économie, justice et armée) le scandalise. Les pires craintes du Duc de Maurienne semblent devenir réalité.

Suite à une courte réflexion, Cthu décide de se présenter comme référent des maires, afin de tenter d'aider la Savoie autant que faire se peut.

Il est élu par l'ensemble des maires et une majorité du conseil le 18 décembre 1456, ce malgré l'opposition du jeune duc, qui renonce finalement à mettre son veto.

A ce poste il essaye d'aider au mieux les maires, ainsi que l'économie ducale.

Mais à l'abri du conseil et de la chambre des anciens ducs, une ombre se tisse sur la Savoie et sur l'Empire.

Le poste de Haut Connétable Impérial échoit à Yanahor, dont la vision de l'empire et du poste n'est pas en adéquation avec la vision de beaucoup en Savoie et en Franche-Comté.

Celui-ci démet Lub de son poste de Grand Maitre de l'Ordre des Lames via une pseudo promotion, ceci afin de mettre ses proches aux postes clés du pouvoir militaire impérial. Sirius7 comme prime capitaine et le triste Sir_Eragon comme Grand Maitre de l'ODL.

Vu sa position au sein du conseil (référent des maires de Savoie), le Duc de Maurienne avait accès à l'ensemble des informations économiques du duché. Il pouvait voir ce qui allait et ce qui n'allait pas. Il pouvait comprendre les erreurs commises au plus haut niveau dans la gestion ducale.

L'incompréhension même de certains principes économique fondamentaux et les dépenses considérables dans le prestige mettaient à mal l'ensemble des réserves ducales.

La situation ducale au niveau économique allait en s'aggravant, le CaC mis en place par le jeune Louis, CMdT, ayant réussi à s'aliéner l'ensemble des maires avec la remise en question des pratiques mises en place de longs moi plus tôt alors que Cthu fut lui-même CaC de Savoie.

De sa position de référent et avec la nomination de Niac comme nouveau CaC, il essaye de restaurer la confiance brisée entre les maires et le duché.

Mais la duchesse est fort absente, et même si elle remplit l'essentiel de son travail, elle ne participe pas au peu de débat, se déroulant dans la salle de réunion. Salle de réunion désertée par la création de nombreuses salles secrètes inutiles, symbole de la culture du secret inutile du jeune Louis.

Les dépenses pour l'armée sont énormes et semblent croitre de manière exponentielle, alors même que des manœuvres avec une armée IG sont en cours.

Maitremars remplace finalement Niac au poste de CaC, Melisende recevant les postes de CaM et de Bailli.

La réunion des conjurés à Thonon

Le 3 janvier les premières rumeurs parviennent jusqu'au Duc de Maurienne. Les manœuvres ne seraient qu'un leurre. Le jeune Louis s'apprêterait à lancer une attaque sur Genève, assuré du soutien de la Franche-Comté. Au début, il prête peu d'attention à tout ceci.

Mais Cthu connait la situation ducale, il n'ignore rien du piteux état de la trésorerie et des stocks. Qui plus est, il est passé maitre dans le maniement des armées, et il sait pertinemment qu'une ville comme Genève peut tenir des jours, même attaquée par surprise et avec l'avantage du nombre. Dans les conditions actuelles, c'est une attaque suicide vers laquelle Louis veut mener la Savoie.

Mais lorsqu'il obtient par une troisième source la même confirmation, il sait qu'il est de son devoir d'agir. Souhaitant laisser une dernière chance au jeune Duc, il profite d'une conversation en cours, dans la chambre des anciens ducs du château ducal, pour l'interpeler sur la situation. Mais le jeune et prétentieux Louis préfère lui mentir, et élude la question, malgré une seconde relance de la part de Cthu, il ne dira rien.

Lub et son épouse Jezabel lui proposent alors de rassembler nos plus fidèles amis pour renverser Louis et éviter le carnage. Une salle est ouverte au château de Thonon, lieu le plus facile d'accès pour tous, et également le moins enclin à attirer l'attention. Là de nouvelles informations viennent corroborer les premières, et même encore les amplifier.

Le jeune Duc a même engagé une troupe de mercenaires, menés par un baron savoyard, pour arriver à ses fins. Mais le baron de Mégève est fort heureusement plus amoureux de la Savoie que de la gloire, et de l'intérieur il voit le mauvais état de préparation de l'armée savoyarde, ainsi que la manière dont sont traitées les troupes, qui ignorent tout de leur mission véritable.

Cette rencontre entre les futurs conjurés permet également de confronter les informations, et cela permet d'affirmer une facette du jeune Duc qui avait déjà transpiré lors de la récente affaire dicte de Sion. Sa propension à mentir, et surtout a tenter de faire passer chacun pour le meilleur élément indispensable, tout en dénigrant l'autre. Mais sa tactique ne survit heureusement pas à la confrontation.

Il s'avère que Louis à d'abord avant d'être duc proposé d'attaquer Genève pour faire diversion pour prendre Sion, ensuite il propose de signer une entraide avec Genève, après il veut envahir Genève, ensuite il se retourne vers Sion, Fribourg et Murten, et finalement sa dernière trouvaille, il veut faire rentrer Genève en Savoie, qui plus est avec des concessions pour le moins "Hors norme", liberté de culte et autres mesures contraires au concordat signé avec l'EA.

Suite à l'ensemble des informations en sa possession, Cthu mets en oeuvre tout ce qui lui est possible pour réunir toutes les personnes de confiance possible pour mettre fin au règne de ce fou avant que le rubicon ne soit franchi.

Il réunit ses meilleurs et plus proches amis, Allthesame, Loucy, Spads, à leur tour ils en réunissent encore d'autres. Le tout en essayant d'attirer au minimum l'attention. Le duc de Maurienne étant lui même à la tête d'une armée IG, il prétexte un souci d'organisation (bug) pour détruire son armée et se rendre à Chambéry, fief du château ducal.

La prise du pouvoir

Par vagues successives, les conjurés arrivent à Chambéry. Au final ils ne sont pas moins d'une quarantaine, pour la plupart des nobles, mais également de simples savoyards amoureux de leur duché. L'attaque prévue initialement le mercredi, est finalement reportée au vendredi, car de nouveaux conjurés seront dans la place, et de plus après de longues discussions, ils purent s'assurer qu'au moins une partie de l'armée ne défendrait pas ce soir là.

Finalement le jeudi, surprise inattendue. Le jeune Duc Louis, annule l'ordre d'invasion de Genève. Faut il annuler la révolte? La réflexion est grande. Mais les errements de Louis, ses multiples revirements, la situation économique de la Savoie, tout ces éléments plaident en faveur d'une action. La Savoie court à la catastrophe, et il est du devoir des conjurés d'empêcher cela.

Suite à tout ces changement les mercenaires du baron de Mégève se retrouvent le vendredi à Chambéry. Ils participent donc à la révolté lancé tambour battant dès la nuit tombée.

Le samedi à l'aube, les insurgés sont maîtres du château ducal. Louis abandonne les clés du château au Duc de Maurienne et prends la fuite.

Lub prend la tête du conseil provisoire et publie la déclaration des conjurés en gargote de Savoie.

Déclaration des conjurés par Lub en Gargote de Savoie

Savoyards,

Face à la situation grave, nous avons décidé de reprendre le contrôle du Duché. La direction militaro-politique dans laquelle le duc et certains élus entrainaient notre duché, direction sans aucune logique, devenait extrêmement dangereuse pour la Savoie.

Après avoir envisagé d'attaquer la ville de Sion, puis avoir craint une attaque de la Franche Comté, avoir proposé une alliance avec la ville de Genève, pour une semaine plus tard projeter une attaque de cette même ville de Genève, avec l'aide de la Franche Comté, puis regardant de nouveau vers Sion tout en proposant à Genève de rejoindre "pacifiquement" la Savoie en engageant l'Empire sans même en avoir parlé au Haut Commandement Impérial, il est à craindre que la Savoie n'avait plus personne de sensé au gouvernail.

La plupart de ces décisions sont prises en comité restreint, sans même un mot aux conseillers élus. Y compris des traités diplomatiques ne passant pas par la chancellerie. Actuellement, par exemple, un traité avec le Lyonnais doit être signé, et la Chancelière n'a été avertie qu'à la conclusion. Depuis fort longtemps, trop longtemps, militaires et nobles sont en mobilisation.Si l'agrandissement de la Savoie peut paraitre louable, le peu de préparation de ces divers projets, et des visées changeant rapidement et radicalement, voire s'opposant purement et simplement, sont de vraies menaces pour la Savoie et sa stabilité, menaces de répliques hélas non considérées, menaces de discrédit de notre Duché au plan diplomatique.

A cela il faut ajouter une intense période noire au niveau économique, due à la confiance aveugle que le duc plaça dans une personne complètement inculte en la matière, personne qu'il nomma Commissaire au Commerce et à qui il laissa les mains libres pour diriger l'économie ducale. Ce CaC voulut alors engraisser le Duché sur le compte des mairies et de la population, se basant sur des études fausses et bâclées, preuve de son incompétence. Le malheur fut évité de justesse grâce à la mobilisation de personnes censées.

Nous avons donc décidé de prendre le château par la force, afin d'installer un conseil de transition. Ce conseil est composé exclusivement de personnes attachées à la Savoie, d'horizons politiques divers et ayant déjà fait leurs preuves à divers niveaux.

Il n'aura pas pour but de modifier les lois déjà votées, ni d'en adopter de nouvelles, mais simplement de gérer les affaires courantes dans l'attente de l'élection d'un nouveau conseil légitime.

Ce conseil étant un conseil de transition, les conseillers élus du précédent conseil continueront à y travailler dans leurs fonctions précédentes, en binôme avec ceux qui détiennent les postes IG.

Pour la Savoie

Les premières réactions

Une fois le Vicomte de Thonon, régent, des dissensions se font jour entre les révoltés.

En effet une partie souhaite virer les anciens conseillers, alors qu'une autre partie souhaite voir les voir demeurer en place.

Il est dans un premier temps décidé de garder une partie du conseil. Ceux qui seront éjectés se nomment Chandin, Pardalis, Eddo et CMDT. Mais finalement n'est exclu, hormis le duc, que CMDT, en passe d’un procès pour Haute Trahison suite à une lettre de menaces à Louis1er. Chandin et Eddo, de toute évidence, n’étaient pas au courant de ce qui se tramait. Quand à Pardalis, il semble qu’il ne savait pas tout, loin de là.

Lub s'aperçoit en vérifiant les rapports de la prévôté que la douane de Chambéry n’était pas faite depuis une semaine. Personne ne nous a donc vu arriver. Il en fait les remontrances à Chandin, prévôt, qui ne donne pas de suites, sa fiancée Aurore.Celeste étant la principale fautive.

Les réactions sont diverses, une partie de la population savoyarde est indignée. Une autre partie, est quand à elle soulagée. Louis cherche l'appui des sanctes armées pour reprendre le pouvoir. Mais celles-ci refusent de s'ingérer dans un conflit politique. A l'étranger si la révolte surprend, la présence de gens réputé pour leur attachement à la Savoie que ce fussent Lub, Maewinda,Allthesame, Spads ou Cthulhu, fait que la révolte ne choque pas nos voisins.

Zefloz9 tente de faire passer Lub pour un tyran et de lever des forces étrangères, sans succès.

Le doute

Au niveau impérial, l'action semble légitimée par le HCI, mais la situation que ce soit en Franche-Comté ou en Lorraine est en passe de dégénérer également.

Rapidement des rumeurs arrivent en Savoie, qui annoncent que Lub aurait pris le château ducal sur ordre de Yahanor. De nombreuses personnes croient à cette version, même si celle-ci semble peu vraisemblable du fait de l'inimitié des deux hommes.

C'est alors que commence une campagne de désinformation de la part de Louis, il écrit de nombreuses lettres afin de corroborer cette version, et également pour prédire la chute de Dôle, où son ancien homologue, le Franc-Comte Leconquerant semble lui aussi en mauvaise posture.

Louis se place en victime, retournant chaque argument avancé pour justifier la révolte en un argument en sa faveur, prétextant des informations confidentielles, un grand plan cosmique et autres choses de la sorte.

L'ensemble de ces désinformations en viennent a faire douter certains révoltés de la justesse de leur acte.


Le "complot"

La situation au conseil est très tendue. Une partie des conseillers on parfaitement accepté la révolte, mais quelques uns ne l'ont pas accepté, et ils pourrissent complètement la situation. Lub qui s'est exposé quasi seul, soutenu juste par la baronne de la Ravoire, cristallise toutes les critiques. Le duc Cthulhu resté très en retrait, agissant juste pour faire son rôle de Bailli et de CaM et de tenter de stopper la chute sans fin de l'économie savoyarde, conserve une image encore intacte. Il est du côté des gens qui se sont révoltés pour renverser Louis uniquement, et qui étaient favorables à la répartition des conseillers en binôme.

C'est sans doute pourquoi Melisende, tête de liste PSH, va lui proposer de se proposer comme régent. Après avoir échoué à essayer de convaincre Lub de transiger, le duc de Maurienne décide de réunir les anciens ducs régnants présents en Savoie au château du duc de Bresse.

Il a été vertement critiqué par ces derniers pour sa partition à la révolte, aussi il a décidé que s'il devait être régent, ce ne serait qu'avec leur appui. Parallèlement le jeu de Louis se révèle. Son unique but, pouvoir anoblir, et surtout, avoir son fief de retraite, pour avoir "servi" la Savoie.

Le duc Cthulhu précise, que s'il doit être régent, ce sera uniquement pour ramener le calme, il est affaibli physiquement ces derniers temps, aussi il ne le ferait que pour "la forme", uniquement pour amener la Savoie aux prochaines élections avec une plus grande sérénité. Et principalement pour éviter le retour de Louis...

Lub se sentant trahi par les manigances du duc Cthulhu et lâché de tous, et sans doute savamment désinformé par Louis, décide de transiger avec le duc destitué et au terme d'une médiation avec l'EA, le ramène au pouvoir. L'immunité est accordée aux révoltés, et la diplomatie et l'armée restent entre les mains de Lub.

Autant dire que ce n'est pas vraiment du goût des révoltés que de voir le retour de ce triste sire sur son trône ducal.

Soirée des 3 ans des RR