Histoire des relations angevino-poitevines

De Wiki de l'histoire HRP des RR.
Construction.png Cet article a été jugé incomplet : il n'est présentement qu'une ébauche

Ce post est sujet à controverse. Aussi il ne doit pas être pris comme tel et doit être le fruit d'une concertation.


Sommaire

Un mauvais départ

Les deux contrées que sont le Poitou et l'Anjou auraient pu très bien s'ignorer ou devenir amies comme cela se fait dans de nombreux cas de régions frontières. Mais le destin en a décidé autrement. Le destin ou plutôt le destin croisé de trois hommes : Rolland, Mique et également Coacharno. C'est suite à une discussion dès le 15 juin 1453 entre les deux premiers - Rolland était alors duc de Touraine et il propose à son ami d' emmener un groupe pour se révolter en Anjou - que l'avenir de la région a été changé à tout jamais. Le duc veut rattacher l'Anjou à la Touraine. Mais la création du comté du Poitou et la nomination par le roi de Mique comme comte change la donne. Ce dernier et Coacharno décident surtout de se rendre en Poitou pour entourer l'Anjou. Les deux compères vont alors vouloir créer un super-duché avec un d'eux à la tête. Mais le refus de Fraaz -compréhensible- va changer leurs plans.

Le 3 juillet 1453 Coacharno, CAC du Poitou, propose d'envoyer des carcasses inonder le Limousin. Puis Mique répond que l'Anjou serait une cible plus facile (Mique :"à Craon, la future ville où Rolland représentera les éleveurs de vaches") L'idée fait son chemin et Rolland la repropose le 30 juillet. Il veut prendre pour prétexte de benines attaques sur Chinon. Mique pense faire de même car Thouars est légèrement touché aussi et son ambassadeur en Anjou, Wilhelm de Murat, a été dénigré par les autorités angevines (il dira sur les ordres de son maître : "Prenez garde à ce que la main tendue ne se transforme en poing") Le but clairement défini par les deux compères est sans ambage (Rolland : "si tu veux marquer l'histoire, il faut y aller à la CMDT et Raoul") L'opération Raz de marée sur l'Anjou commença donc à 22h ce même 30 juillet ("ils vont être noyés sous les carcasses") Les deux dirigeants pensent que l'Anjou sera une proie facile et se prennent à rêver (Rolland :"Sic transit gloria mundi, la gloire passe par dessus le monde, saisissons notre part de gloire") Ne manquant pas d'humour, le duc de Touraine déclara qu'il faudrait dire pour justifier le bombardement : "on avait des infos comme quoi il manquait des carcasses en Anjou"

Le plus amusant est que Rolland reçoit un message des Angevins pour "entamer des discussion (sic) entre [nos deux duchés].

  • Ouverture de routes commerciales entre nos duchés (sic)
  • Un pacte de non agression.
  • Sûreté de notre frontière commune, frontière occidentale pour vous, orientale pour nous.
  • Aide de l'Anjou pour votre jeune duché (sic)."

Cette dernière proposition étant hilarante quand on sait que l'Anjou fut créé après la Touraine. Rolland répond qu'il viendra à Saumur en personne pour des négociations, accompagné de Poitevins, nouvellement ses alliés (Touraine et Poitou viennent de passer un accord militaire tacite) et qu'il se rendra "à la messe". Mique sortira à cette occasion la phrase "Tout ce qui est à nous est à nous, tout ce qui est angevin est négociable".


Les conseils ducaux votent alors l'opération à l'unanimité et grâce aux villes en peuplement l'opération est prête. Tib0, le porte-parole du Poitou se rend à Craon, Boiscrete à La Flèche, Rolland, Estevan (et d'autres) à Saumur. Les hommes, pour la plupart francs-maçons sont prêts à être emprisonnés pour faire martyrs et servir de prétexte. Le déversement a lieu et les Angevins sont directement catastrophés et cherchent à contacter les deux dirigeants. La propagande commence alors surtout en Poitou. Kennit est nommé ministre de la propagande le 2 août par Mique. Wilhelm, l'ambassadeur musclé, compose des chansons belliqueuses à la gloire de son comte. Les propagandistes élaborent de savantes théories d'espace vital en attendant de dépecer le jeune duché angevin.

Lors d'une réunion au sommet le 31 juillet entre Mique, Rolland, Fraaz et son prévôt Kaikai, ce dernier annonce : "Personnellement nous ne cherchons pas la guerre", ce à quoi Mique répond : "Evidemment puisque vous la perdriez."

Le duché angevin est d'ailleurs miné de l'intérieur. Le Commissaire au commerce Vincenius deviendra franc-maçon et il démissionnera par la suite en annonçant qu'il ne supportait plus de couvrir les manigances de son conseil. Le 31 juillet a lieu la première rencontre au sommet entre le duc d'Anjou Fraaz (également maire de Craon), Mique et Rolland. Fraaz (après avoir été sommé de démissionner de sa place de maire, non-cumulable avec celle de duc) d'entrée annonce que son duché est l'objet d'attaques par rachat automatique. Rolland répond calmement qu'il s'agit d'une "première sommation" et Mique d'un "rééquilibrage suite aux nôtres".

Le comte du Poitou arrive à son tour à Saumur avec 300 carcasses dans une charrette qu'il revend automatiquement à la mairie. Il rachète ainsi toutes les denrées du marché pour affamer la ville. Le peuple commence alors à s'exciter et Mique fait des discours enflammés en taverne, incitant les Saumurois à se révolter. Mais sont présents 197856, qui deviendra duc d'Anjou et Beucheumeu. A lieu une épique bataille de baffe (les baffes étaient codées à l'époque) et Beuch' s'en prend une énorme par Mique (il ne se lavera plus la joue désormais) L'historiographie travaille beaucoup pour déterminer si c'était la joue gauche ou la droite.

En Poitou le prévôt, Thaddeus, démissionne pour cause de dissensions avec Sirjames au forum des FM, mais le reste du conseil reste soudé derrière Mique. Le 31 juillet, Tib0 déverse alors 105 carcasses tandis que Rolland en balance 249. Ce dernier se rend alors compte qu'il peut auto-spéculer les Angevins en rachetant des carcasses moins chères sur le marché que le prix du rachat automatique, ce qui est particulièrement machiavélique. Mique lui annonce modeste qu'il avait déjà fait ça à Lisieux (là où il fut adoubé "plus fier escroc de toute la Normandie" par Phooka) C'est alors qu'a lieu une conversation avec Fraaz, les deux compères et Kaikai, le prévôt devenu CAC. Et Fraaz ordonne à son CAC de sortir les comptes du duché devant les deux étrangers ravis. Kaikai hésite puis obéit et annonce 43000 écus, puis il demande les comptes du Poitou et de la Touraine. Mique et Rolland ignorent la question. Pendant ces palabres les agressions sur Saumur atteignent des plafonds. La conversation finit très mal et il y a des menaces de guerre (Mique : "nous réglerons ça sur le champ de bataille si vous ne baissez pas le ton") S'engage ensuite une conversation avec Vincenius qui annonce 10 000 écus d'attaque "pour le moment". Puis Mique et Rolland annoncent leurs attaques à Thouars et Chinon et les Angevins demandent des preuves.

Cette demande de preuves durera plusieurs jours. Jusqu'au jour où Tib0 annoncera la déclaration de guerre poitevine contre l'Anjou. Déclaration qui sera ensuite démentie par Mique. La guerre sera pleine de rebondissements de la sorte [à narrer] comme la trahison et le bannissement de l'aide de camp en chef du général Akxos, Lockarius, qui deviendra comte du Poitou beaucoup plus tard.

Ensuite les Poitevins et les Tourangeaux sont mis en accusation, risquant la peine maximale. Des négociations officielles vont alors débuter à Pouancé.

Pouancé ou le compromis boiteux

Sous la direction de Thierry54270, duc du Berry, s'ouvrent les négociations de Pouancé qui aboutirent à la charte de Pouancé, le 7 août 1453. Mique et Rolland retiraient toutes leurs troupes en Anjou en contrepartie d'une relaxe dans les procès qui avaient commencé à leur encontre. Il est admis qu'aucun duché n'était "responsable des entrées et sorties en l'occurrence chaque carcasse, sac de blé ne pourra être rétrocédé voire partagée, aucune responsabilité publique ne sera réclamée envers les protagonistes". Vraie humiliation pour l'Anjou quand on sait ce qu'on vient de lire. Des élections anticipées devaient avoir lieu sous 10 jours. Elles ne furent remportées par la liste IPP-franc-maçonne en Poitou, le 23 août. Akxos, le général victorieux devient comte du Poitou et en Anjou Onyx, duc. Est prévue une agence marchande inter-ducale (qui ne verra jamais le jour) et Pouancé reste le lieu spécial des négociations entre les 3 duchés (forum permanent).

La pomme de discorde de Montreuil-Bellay

Le 6 décembre 1455 le comte du Poitou Baillant décide d'envahir l'Anjou en faisant prendre le nœud au sud de Saumur, la ville RP de Montreuil-Bellay, par son général Cyclope, commandant les Aigles de Thouars. Les armées angevines se mettent en défense à Saumur, tandis que le Poitou épuise ses subsistances en occupant le nœud. Les provocations pleuvent de part et d'autre jusqu'à la reprise en main de la censure poitevine. Après une période de calme relatif, les échauffourées reprennent. Plusieurs armées stationnent à Thouars dont une guyennaise dirigée par le comte Toucoul, tandis que les Angevins attendent leur heure et appellent à la rescousse, sans guère de succès. Le 7 janvier, deux armées poitevines se rendent à Saumur, officiellement en réponse à une lettre de Corentin76, officieusement sans doute pour provoquer l'Anjou et tester les défenses. Un petit corps de volontaires en gestation est balayé avec le duc Vadikura, sans que cela modifie l'équilibre des forces. L'Anjou déclare la guerre au Poitou. Le 8 janvier 1455, un ultimatum du comte Elra est lancé aux Angevins pour leur demander de céder officiellement le nœud sinon la guerre sera effective. L'ultimatum est rejeté tandis que des négociations se poursuivent, sous la houlette d'officiers de l'Ost, dont Sebbe. Tandis que l'armée angevine balaye chaque nuit des voyageurs inconscients, le Poitou s'endort et commence à se déchirer en interne, suite à l'offensive politique d'Oriane de Guermantes et de ses partisans, ainsi que du manque d'informations sur le déroulement de la crise. Tandis que l'Anjou cherche à couler Smartfluid, l'ancienne duchesse déchue qui avait réussi à se faire octroyer l'ancienne baronnie de Beucheumeu de Penthièvre, Doué la Fontaine. Dans la nuit du 20 au 21 janvier, trois armées angevines passent à l'offensive, sur ordre de la duchesse Joffrey, excédée de la mauvaise foi des négociateurs poitevins et du blocage sur la question de la suzeraineté IG du nœud. Ils trouvent un nœud vide. Le Poitou riposte en envoyant trois armées le jour même sur le nœud. Une bataille confuse s'engage alors, et le Poitou se replie sur ses bases de départ, ce qui semble marquer une désorganisation, donc 50 % de pertes. Tandis que les Poitevins enragent en place publique, les Angevins soupirent de soulagement et envoient une missive en place publique, demandant que le Poitou s'aligne sur sa dernière proposition de paix, tandis que le comte du Poitou appelle à un sursaut. Une nouvelle bataille a lieu le lendemain, aboutissant à une défaite des forces rochelaises.

De meurtriers combats se poursuivent, entre des armées poitevines en nombre et un petit détachement angevin laissé sur place. Celui-ci est très fortement malmené et doit se replier, laissant Montreuil aux mains du Poitou. Un nouveau cap est franchi dans la nuit du 25 au 26 janvier : les Aigles de Thouars attaquent Saumur. Ils tombent au milieu d'un rassemblement d'armées angevines et se font tailler en pièces : une dizaine de soldats sont tués d'un seul coup.

Mais le nœud est redevenu poitevin. Le Poitou y laisse un corps de troupes, dont l'Anjou ne parvient pas à déterminer la nature, tandis que des renforts de l'ADC viennent renforcer la garnison de Thouars. Finalement, n'y tenant plus, l'Anjou repart à l'offensive dans la nuit du 3 au 4 février, tombant sur l'armée de Icie. 5 Poitevins au moins sont tués mais dans la confusion, les deux adversaires s'en repartent dans leurs villes respectives.

Un traité de paix est finalement signé entre le duc angevin Vadikura et le comte Macks. Cela suivant une déclaration du roi le 16 Mai 1456 (2008) rendant le noeud de Montreuil-Bellay aux Angevins.


Nous, Lévan de Normandie, Roy de France par la grâce divine,

Ayant été avisé de la bonne volonté des Angevins suite à notre demande de passage de troupes royales en leurs terres et considérant qu’une guerre ne peut qu’attiser haine, amertume et désir de revanche ;

Au vu des tractations en cours entre Anjou et Poitou sous l'égide du Grand Maître de France ;

Demandons au Poitou de quitter et de restituer les terres de Montreuil-Bellay au Duché d'Anjou.

Le Grand Maitre de France veillera à l’application d’un traité de paix, de non agression et de coopération judiciaire pour que ces contrées puissent à nouveau s’épanouir et vivre dans la paix.


Fait en le Louvres, le 15 de Mai 1456,

SMLIII

Nouvelle invasion poitevine ( septembre 1456)

Alors que la situation semblait s'être refroidie, et ce malgré l'élection d'un comte poitevin "nationaliste", Faooeit de Surgères, tout bascule à nouveau le 16 septembre 1456 (2008). En effet, trois armées poitevines ("La Légion Poitevine" commandée par Cyclope, "phenix de Saintes" commandée par Theodebert et "Armée du Poitou" commandée par Davor) envahissent Saumur et détruisent l'armée "La petite maison dans la prairie" du duc de Montsoreau, 197856 de Penthièvre. Le maire d'Angers, Mazarin (ancien comte poitevin), par une haine tenace contre la duchesse Patity de Chandos, appelle à la révolte contre le château angevin, augmentant la division du duché. Plus tard dans la journée, une lettre du comte Faooeit au maire de Saumur lui fait plusieurs requêtes : entrer librement à Saumur, se faire livrer la duchesse et que l'armée de Lucasd, "Iunctis Viribus", soit démobilisée et détruite par son chef. Dans la nuit suivante, le château est pris par un groupe dirigé par Bazin (Geulederat, Stase, Ryllas, Alexquillus, Yuann, Radiguet, Shiryuxxx, Mazarin, Jotaro, Ardath, Manand); Bazin devenant le nouveau régent. La duchesse Patity est blessée mortellement ainsi que le maire de Saumur et les deux chefs des seules armées angevines. Le Poitou s'empare alors de Saumur. La victoire poitevine semble imminente. Le 18 au matin, Beno prend la ville de Saumur. Alors que Faooeit décide une trêve avec le régent Bazin. Le dimanche 21 septembre au matin, on aperçoit deux armées poitevines sous les murs d'Angers (celle de Cyclope et de Theodebert) Le 22, Bazin est renversé par un groupe dirigé par McKagan.Les armées poitevines vont et viennent, tandis que l'armée de Maximilien de Louvelle, dict Perturabo stationne sous les murs de La Flèche. Le 27, le comte Faooeit propose à la régente le retrait total des troupes poitevines contre la cession du noeud de Montreuil-Bellay. L'armée "Laouenan" de Perturabo est poutrée par l'armée "Nihil Obstat Gwenrann" de Nilas le 3 octobre 1456. Le 4, Faooeit propose de rendre Saumur à l'Anjou qui était devenu ville-franche, mais tout en conservant ses troupes aux abords de la ville. La régente refuse. Le 14 octobre, la ville d'Angers est prise par les armées poitevines et Toucoul en devient le maire. Le conseil devient alors poitevin. Mais l'armée de Fifounijolie reprend le château le 28 octobre.

Soirée des 3 ans des RR